Archives de Catégorie: 3-Sorties découvertes

Le bois du Peillou après l’incendie du 15 juillet 2019

Dimanche 17 octobre 2021 de 10h à midi

Répondant à l’invitation de l’association, 22 personnes sont au rendez-vous fixé par Yves Caraglio, notre botaniste préféré, à 10 heures à proximité des jardins de la Belle de mai à Beaulieu. Le soleil est aussi de la partie.

Pédagogue à souhait, Yves nous explique qu’après un épisode de cette ampleur, on a souvent le réflexe de procéder à un abattage des arbres brûlés et à leur évacuation. Ici rien n’a été fait. Cela va nous permettre d’observer la manière dont la nature a réagi. Nous longeons la faille qui avait fait l’objet d’une observation avec Dominique Gayte, géologue de formation, lors d’une sortie le 13 octobre 2019. Nous sommes en présence d’une végétation de garrigue avec une forte densité de chênes verts. Le feu s’est déplacé avec le vent. Des îlots n’ont pas brûlé. Le pin d’Alep a adoré. Ses fruits ont libéré des graines sous l’effet de la chaleur qui se sont dispersées. Nous avons affaire à un colonisateur post incendie.

Le feu a dégagé les paysages. C’est un peu le retour aux années 1930 où il y avait du pastoralisme qui a été progressivement abandonné après la Deuxième Guerre mondiale. En fonction de

Il nous montre une rutacée -la Ruta graveolens- de la famille du citronnier, à feuille composée. C’est une plante abortive. Tout près un pistachier lentisque très odorant et à feuille composée qui lui aussi repousse à partir des parties basses du tronc.
C’est l’étape de remise au sol. On repart avec la base du tronc. La plante puise dans ses réserves. En fonction du niveau du feu, la combustion a été plus ou moins forte et la réaction des plantes se fait plus ou moins bas sur le tronc ou les branches basses.
Un participant recueille une grive musicienne blessée mais encore bien vive.

Devant une filaire buissonnante, Yves observe que les repousses ne sont pas en surface. Il gratte le sol et met à nu des racines enfoncées à 5 cm l Le système est très efficace. C’est la même stratégie qu’après une sécheresse. Il trouve que c’est une belle croissance en deux ans et qu’il n’y a pas eu de mortalité violente.

Le chêne kermès (garric) est très présent aussi. Il possède des tiges sous terre avec des bourgeons. Le feu passe, enlève des concurrents et va permettre à cet arbuste de dominer grâce à sa stratégie souterraine qui est une réponse aussi à la sécheresse. Il n’a pas perdu de temps pour fabriquer des glands en l’espace de deux ans.

Il en est de même de la garance avec ses tiges garnies de poils recourbés vers le bas. Le sanglier passe, la plante va essaimer. Ça bouture tout seul. Le pigment qui donne une belle couleur rouge est dans la tige.
La salsepareille, honnie des jardiniers, a également des tiges sous terre et en profondeur des racines tubérisées. C’est une plante hyper efficace en croissance. Avec elle on observe un phénomène de contre saisonnalité : elle développe ses fleurs et fruits à l’automne profitant de la pluviométrie.

Le genêt scorpion a bien brûlé mais pas assez pour disparaître. Le bas du tronc est très profond et peut ainsi réagir en mettant en place une profusion de rejets. La plante explose. Elle puise dans ses réserves. C’est pourtant un matériau excellent pour le feu. Il permet la mise à feu. Avec ses piquants qui le protège des grands herbivores, il a une surface d’échauffement plus faible.
On observe la présence du pistachier térébinthe qui voisine ici avec son cousin le pistachier lentisque, ce qui est rare. A la différence de ce dernier son feuillage est caduque.
Le chêne vert massivement présent en garrigue repart de la souche grâce à son système racinaire. Mais ici pour cet individu il ne s’est pas mobilisé car le feu a été trop intense alors il meurt sur pied. Il n’y aura pas de régénération.
La végétation de la garrigue revêt un aspect buissonnant qui permet difficilement le passage.
Là un gros genévrier qui ne réagit pas du tout à côté d’un petit qui réagit. Son cousin le cade pousse en zone plus sèche. Il est aussi plus rond en développement. Ce n’est pas facile pour un profane de distinguer l’un de l’autre. Le genévrier a des fruits plus bleutés.
Du côté des vignes le feu a du mal à passer. Les feuilles remplies d’eau constituent un rempart naturel. Il faut plus d’énergie pour la mise à feu. Le nettoyage du sol constitue aussi un coupe-feu d’où la présence de parcelles de vigne en garrigue.
Une surprise avec la présence d’algues qui ne sont pas que dans l’eau… Dans certaines zones de la garrigue elles constituent avec les mousses et les fougères un tapis moelleux en hiver.
Les lentisques et les oliviers font leur germination et rapidement au niveau des toutes premières feuilles se développent des petits renflements qui constituent des réserves en formant un tubercule ligneux à la base du futur tronc et permettent à la plante de se régénérer après une sécheresse ou un incendie. Ici le cas d’un chêne blanc qui repousse à partir de la base de la tige d’origine enfouie dans le sol.

Nous continuons notre promenade et Yves nous montre qu’à l’abri d’un genévrier d’autres plantes -filaire, euphorbe- bénéficient de cet ombrage pour se remettre en marche. Les plantes brûlent souvent en hauteur et les petits bourgeons qui sont situés près du sol les mettent à l’abri d’un incendie fort. Ainsi on peut en conclure qu’il y a une réponse unique de tous les végétaux que l’on soit chez nous ou en Australie ou en Afrique du sud. La présence d’une masse ligneuse constitue un mécanisme très efficace face à la sécheresse ou à l’incendie. Les pins ont une autre réponse, mourir et libérer toutes leurs graines pour coloniser la place libre après l’incendie ou après une très forte sécheresse.

La manière dont la régénération s’opère (la germination des espèces) est aussi le fruit du hasard avec une distribution des graines liée à la fréquentation des disséminateurs dont les oiseaux. Ainsi les fruits des filaires et des arbousiers sont des ressources pour les oiseaux migrateurs en automne et ils participent activement à la dispersion des graines et donc à la dispersion des espèces en déféquant lors de leurs vols.
Le hasard c’est aussi un gland sur 10 000 qui va réussir à germer et se développer sur une zone rocailleuse ou le pin qui va mettre des centaines d’années pour se réimplanter dans une falaise abrupte.
Avec l’incendie, des équilibres sont modifiés. C’est difficile d’anticiper ce qui va arriver, comment telle ou telle espèce va augmenter sa population ou bien se raréfier.
Pour bien comprendre la végétation en garrigue, il faut l’observer aux quatre saisons : toutes les espèces ne sont pas visibles à chacune d’entre elle.
Après l’incendie il est bon de dresser un inventaire pour mesurer le degré d’atteinte de la végétation et notamment des arbres. Le feu a pu passer d’un côté de l’arbre qu’il a léché sans atteindre l’ensemble du pin par exemple. Celui-ci va pouvoir continuer à produire des graines. A quelques mètres on observe une situation différente, un pin est complètement calciné. A côté un poirier qui est reparti dans les parties hautes. Il a utilisé des bourgeons en réserve présents sur ses branches.
Cela change la donne du paysage à venir. Il suffit qu’il en reste un pour qu’il y ait une dynamique de la végétalisation. Le feu se propage d’abord par la présence de combustible au sol d’où l’obligation légale de débroussaillage (OLD). On cherche aussi à créer des discontinuités verticales pour éviter la propagation du feu dans la cime des arbres et ainsi réduire son intensité. La mise à distance des arbres par abattage sélectif et parcimonieux permet de créer des discontinuités horizontales, c’est pour cela aussi que l’on implante des parcelles de cultures pour freiner la propagation horizontale du feu, c’est le rôle des couloirs de déboisement moins esthétiques et moins écologiques.

Faire de la prévention coûte cher mais constitue une dépense d’énergie bien utile. Après incendie, couper le bois brûlé et l’évacuer constitue une mesure nécessaire selon la densité du peuplement d’arbres à l’origine et selon l’intensité du feu. Si on coupe : il faut absolument évacuer sinon les rémanents laissés au sol deviennent une source de danger pour la mise à feu. Dans le bois du Peillou, il n’y a pas eu d’intervention. On observe une recolonisation naturelle, la densification de la végétation favorise la recolonisation aussi par les animaux, c’est le retour des lapins. La nature s’organise. Dans les carrières, un cas extrême de perturbation car on enlève le sol et ça repousse.

On peut voir une grande diversité d’habitats. L’action de non intervention peut être profitable mais nécessite un temps long pour mettre en place la végétation et des équilibres entre les différents organismes.
Merci à Yves toujours en symbiose avec la nature et jamais avare d’explications claires et foisonnantes.


______________________________

Régine Paris avec la relecture indispensable d’Yves Caraglio.
Merci au photographe : Patrick Paris

Rejoignez 69 autres abonnés

Sortie nature « les arbres remarquables » 

Journées du patrimoine

Samedi 18 septembre 2021

A l’occasion des Journées du Patrimoine, Yves Caraglio, chercheur et botaniste de l’association A.R.B.R.E, nous propose une balade mi-urbaine, mi-rurale à la découverte de quelques beaux arbres de nos villages. Le rendez-vous  est fixé sur le parking de la pharmacie de Beaulieu-Restinclières à 16h30. Yves est accompagné de Claire Atger, spécialiste du système racinaire et Pascal Genoyer, tous deux professionnels de l’arbre dans la ville.

Nous sommes 25 adultes et 2 enfants en quête de nouvelles découvertes.

En introduction Yves rappelle les critères intervenant dans le classement d’un arbre comme « remarquable » : sa dimension, une forme particulière, son appartenance à une espèce rare localement, son aspect historique.

Une association dénommée ARBRES (https://www.arbres.org/) classe, étiquette les arbres dits remarquables. Cela offre un statut de protection et des précautions d’usage à des fins de conservation.

Nous cheminons sur la route de Restinclières et pouvons observer une chênaie verte de hauteur moyenne sur la partie droite de la route avec un chêne blanc plus clair qui se détache de l’ensemble. On aperçoit à distance sur le trottoir de gauche une silhouette massive, plus claire. On peut voir à travers. En approchant on constate qu’il s’agit de deux arbres avec des densités de feuillage différentes, le gros cache le petit. L’un d’eux comprend plein d’axes morts. On peut parler de « dépérissement » pour des questions climatiques ou d’âge. Une météo très sèche va activer la mortalité. Il est mal parti. C’est sans doute un rescapé de la garrigue dans laquelle on utilisait autrefois certains arbres pour assurer de l’ombre aux moutons. Les constructions d’habitations ont entamé la garrigue mais certains arbres ont été épargnés quand ils se trouvaient en limite de parcelles. Le chêne vert que nous avons sous les yeux a subi des coupes de racines dans le cadre des aménagements de voirie à l’origine peut-être de ses difficultés actuelles. Les jours de ce bel arbre sont comptés…

Chêne vert

Sur le trottoir de droite nous sommes devant un chêne multi-troncs. Cet arbre a subi plusieurs coupes notamment pour récupérer du bois de chauffage. On a affaire à une cépée.

Arrivés près des écoles, nous traversons pour nous rapprocher du stade et là on observe une filaire qui appartient à la famille des oliviers, elle est chargée de petits fruits noirs.

La balade se poursuit le long du ruisseau du Mas du Lauriol. Là, les arbres ont davantage de ressources. On devrait trouver des gros diamètres mais ce n’est pas le cas ici. Peut-être y-a-t-il eu des coupes et des remplacements d’arbres ? Des frênes sont présents. Par suite de rabotages et étêtages successifs des branches sèchent. L’arbre résiste bien néanmoins aux coups de vent du nord qui assurent une pression constante mais moins bien aux coups de vent du sud plus rares. Un risque de fragilisation de l’arbre existe avec de la casse et du déracinement. En revanche, l’arbre peut pousser en position inclinée sans dommage particulier. On observe qu’après un « ravalement de tête », le lierre a disparu. Yves en profite pour revenir sur des idées préconçues à propos de cette plante que l’on s’évertue souvent à couper.  Le lierre ne rentre pas dans le tronc, il reste en périphérie. Ainsi l’écorce de l’arbre est à l’abri du soleil et garde l’humidité. Si l’arbre pousse correctement, le Lierre ne dépasse pas l’arbre. Si l’arbre dépérit le lierre passe au-dessus. Ici certains arbres ont environ 70 ans. Le caractère remarquable peut aussi concerner  les soudures des rejets après des coupes. On peut trouver de beaux exemples dans la forêt de Tronçais dans l’Allier.

Au bout du chemin qui serpente le long du Lauriol nous arrivons devant le joli pont de pierre sur la route départementale 610 qui a fait l’objet d’un réaménagement pour en faciliter le franchissement par les piétons. Cette route est plantée d’un alignement de platanes. Cet arbre introduit en France vers 1780 a des origines géographiques diverses. Le platane d’Orient natif de Grèce est arrivé en Italie via Rome. Le platane d’occident vient des États-Unis et s’est acclimaté en Europe. C’est un hybride de ces deux espèces que l’on trouve le long des routes. Bien qu’hybride, il est propagé par bouture mais a aussi un petit potentiel de colonisation naturelle par graine. Ce type de plantations en alignement routier assurait de l’ombre et une visibilité d’approche. C’est un bois dur qui permettait la fabrication des étals de boucher. Il a d’autre part une très forte capacité à fermer ses plaies. Les racines se soudent entre elles et peuvent former à l’occasion une sorte de trottoir. Après une coupe il refait du bois de chauffage en deux/trois ans d’où la pratique de faire des coupes basses. Il est aussi remarquable par sa hauteur (30m et plus). Enfin il présente parfois l’originalité d’absorber ce qui l’entoure comme les pieds des bancs de la promenade du Peyrou à Montpellier.  Ses racines peuvent faire la taille des troncs précise Claire comme on peut le voir à Fontmagne au bord du Bérange.

Les platanes sur la D 610 qui traverse Restinclières.

Nous circulons sur une voie piétonne aux abords du nouveau lotissement. Petit clin d’oeil à une aubépine à ne pas confondre avec l’azérolier, preuve à l’appui après examen de la baie rouge par Yves qui compte le nombre de style restant sur le fruit (un seul : aubépine, plusieurs : azérollier).

Après les jeux pour enfants très fréquentés ce samedi après-midi, nous arrivons à un carrefour qu’orne un très beau peuplier blanc généreux qui ne ressemble pas au peuplier noir habituel en faisceau ou cylindrique (port fastigié). Yves indique que le peuplier est un arbre qui forme une large couronne. On peut voir de beaux peupliers noirs au bord de la Mosson. 

Peuplier blanc.

Sur le chemin du château menant chez Louise Achard, nous nous arrêtons devant un frêne à feuilles étroites dont le tronc héberge un champignon marron. Yves nous explique que ce champignon s’est d’abord développé à intérieur du tronc puis il a sorti ses fructifications. Entre l’arbre et le champignon s’opère un échange mutuel : l’arbre fournit les produits de la photosynthèse et le champignon l’eau et des éléments minéraux qui alimentent les racines de l’arbre. En cas de déséquilibre, l’arbre peut dépérir.

Le clou de la sortie est un magnifique platane dans la propriété de la vice-présidente d’A.R.B.R.E. Nous nous plaçons à l’aplomb de sa couronne qui mesure quelques 24 mètres de diamètre (haut-pied). Le tronc mesure 80 cm de diamètre environ. Yves nous signale un platane à Lamanon (Bouches-du-Rhône) dont la couronne mesure 50 mètres de diamètre. Normalement le platane « marcotte » en émettant des racines sur les branches qui touchent le sol. Quand on ramasse ses feuilles tombées au sol on le prive de nourriture, on interrompt le cycle naturel en empêchant des insectes et des bactéries de se développer. Yves décortique une boule de platane (ensemble de fruits) pour en extraire un fruit contenant une graine minuscule à l’intérieur. S’agissant d’un arbre hybride, cela ne donnera rien. Il nous montre les petits poils qui provoquent de l’allergie quand les fruits sont mûrs à l’automne et au printemps sur les jeunes pousses.

Nous arrivons à la fin de la promenade « remarquable » pour toutes les petites découvertes que nous avons faîtes sous un ciel clément avec une température des plus agréables. Il y aura une suite nous promet Yves.

Il nous reste à remercier chaleureusement notre guide toujours très pédagogue et ses deux collègues, Claire et Pascal, qui ont complété ses explications.

———————
Régine Paris 
Merci aux photographes Sylvie et Patrick

Sortie Ornitho

Découvrir les oiseaux

Matinée dans la plaine de Beaulieu / Restinclières

Samedi 22 mai 2021 l’A.R.B.R.E. proposait une sortie matinale à la découverte des oiseaux dans la plaine de Beaulieu-Restinclières au printemps, une période de nidification. Une belle façon de commencer la journée en ce jour de fête internationale de la biodiversité

La balade à commencer par le chant du coq de 7 h du matin ! Très vite le groupe des 12 participants a pu entendre, et/ou observer aux jumelles les variétés suivantes dans les espaces ouverts de la plaine riches d’une mosaïque de milieux agricoles alternant friche ou pâtures, luzerne et colza :

Bruant proyer (Photo : Yves Caraglio)

 Fauvette mélanocéphale – Rossignol Philomèle – Étourneau Sansonnet 

Faucon crécerelle (Photo : Yves Caraglio) 

Milan noir – Buse Variable (observée au sommet d’un pin) – Hirondelle de cheminée – Sterne Hansel en vol, venue du bord de la mer (10 km) pour chasser les criquets en plongeant dans le blé. 

On a pu entendre et/ou observer aux jumelles les variétés suivantes dans les parties boisées de la plaine (espaces fermés) les oiseaux suivants : une Huppe Fasciée – un couple de Pie Grièche à tête rousse.

Couple de Pie Grièche à tête rousse (Photo : Yves Caraglio) 

Yves Caraglio, qui conduisait la sortie à la place du spécialiste qui n’a pas pu venir, expliquait au groupe le plancton aérien qui est l’équivalent aérien (atmosphérique) du plancton marin. Ce « plancton » alimente notamment les hirondelles et martinets. La nuit, il alimente les chauves-souris et les araignées. Le plancton aérien est la principale source de nourriture des oiseaux.

Aussi en bon botaniste, il a informé que la population d’insectes a bien chutée en raison de la sécheresse de l’été dernier notamment.

L’observation s’est terminée avec l’écoute et la vue des oiseaux suivants : le Loriot d’Europe, le Serin Cini, le Geai des Chênes que le groupe a eu la chance d’observer de près sur les branches basses d’un pin.

Le Serin Cini (Photo : Yves Caraglio)
Le Geai des Chênes (Photo : Yves Caraglio)

Et nous n’avons pas eu la chance d’observer les oiseaux suivants et présents habituellement sur le site comme l’ outarde canepetière une espèce menacée qui fait l’objet d’un programme de conservation au niveau national. Le groupe aurait aussi apprécié d’observer le Rollier, la tourterelle des bois, le Garde-Bœuf aussi !

L’outarde Canepetière (Photo : Yves Caraglio)

Tous ces oiseaux étaient en activité de chasse, de conservation de leur territoire, et même d’apprentissage du chant. La richesse du biotope de la plaine est favorisé par les espaces ouverts (la plaine) et les espaces fermés (les bois). Le cours d’eau « La Gendarme » qui traverse ses deux espaces, fermés et ouverts, enrichit, lui aussi, la biodiversité locale. 

Maintenant écoutez 🐦 🌳 🎶

Lien vers la vidéo publiée sur la page Facebook de l’A.R.B.R.E : https://www.facebook.com/ARBRE34160/videos/828511897769760

Outils

Fichiers audio de chants et de cris des oiseaux de France

Birdie Memory, un outil ludique et innovant pour reconnaître le chant des oiseaux :

L’application « Birdie Memory » à découvrir sur lpo.fr

Adhérer Faire un don Parc Beaulieu Parc Restinclières Retour accueil

Sortie découverte des batraciens

Mâle chanteur de Pélodyte ponctué. (Photo de Jérémy Jalabert qui a illustré l’annonce de la sortie sur le Midi Libre)

Samedi 20 Mars 2021

Malgré le soleil, il ne fait pas chaud et le vent souffle fort, 18 adultes et une fillette se sont retrouvés à 15 h à l’ancien lagunage dans la plaine agricole de Beaulieu autour d’Aurélia Dubois, technicienne fauniste dans un cabinet d’experts, spécialiste en Herpétologie (étude des amphibiens et reptiles).

Aurélia Dubois, l’animatrice de la sortie « Découverte des batraciens ».

Amphibiens ou Batraciens

Ce groupe, plutôt mal aimé, est mal connu, pourtant il présente de belles diversités

Deux grandes familles :

  • Les Anoures (crapauds et grenouilles)
  • Les Urodèles (salamandres et tritons)

En France, il existe 38 espèces de Batraciens qui vivent dans des habitats particuliers en zone humide. Ce sont les mares, les bassins, les piscines, les rus, les fossés à faible niveau d’eau mais aussi dans les prairies, les pots de fleurs et même dans les arbres

À l’heure actuelle, on peut constater une diminution des populations. Plusieurs facteurs en sont la cause tels la pollution, la mortalité routière, le changement climatique, la régression des mares…Ils peuvent être attaqués par un champignon le chytride, celui-ci provoque une dégénérescence de la peau d’effet plus ou moins dévastateur  selon les espèces. A noter aussi la mentalité : ils ne sont pas  aimés et se font supprimer.

Suite à cette présentation, Aurélia nous conduit au bord d’une toute petite mare. L’observation est difficile ; nous sommes l’après-midi, or la période la plus favorable est le crépuscule, la mare a beaucoup rétréci, toutefois, nous avons pu observer quelques minuscules têtards d’environ 1,5 cm de  longueur totale. Ce sont des têtards de Pélodyte.

La reproduction

Selon les espèces, la saison est variable, elle se situe en général au printemps et parfois à l’automne ; c’est l’amplexus, technique qui voit le mâle monter sur le dos de la femelle et s’accrocher à elle avec ses pattes (observation d’une photo). Les pélodytes font des chapelets de ponte qui s’enroulent autour d’une herbe. Les pontes des grenouilles rousses se présentent sous forme d’amas globuleux, quant à la ponte de l’Alyte le chapelet se trouvera sur le dos du mâle jusqu’à l’éclosion. Les œufs donneront des têtards, organismes aquatiques qui possèdent une queue laquelle régressera et disparaîtra chez les anoures. Ces pontes peuvent être la proie de prédateurs tout particulièrement les tritons mais aussi les oiseaux (hérons), les reptiles (couleuvres).

Le déplacement

Quand les conditions deviennent défavorables, le froid ou la sécheresse, ils peuvent se cacher sous des pierres, des souches ; leur capacité de déplacement est très variable d’une espèce à l’autre : les grenouilles dont la peau est très sensible, très perméable, ne se déplacent guère plus d’1 km, les crapauds moins sensibles peuvent se déplacer davantage (en effet leur peau est plus épaisse, recouverte de pustules qui peuvent libérer un liquide blanchâtre lorsque l’animal est stressé). Dès qu’il y a un trou d’eau, il peut être colonisé surtout si la population est importante

QUIZ

Et pour terminer, un petit quiz. Aurélia nous fait écouter quelques chants de batraciens à partir d’enregistrements. À nous de les identifier !

1ère écoute : chant typique ressemblant à celui d’un Petit Duc : c’est l’ALYTE accoucheur

2nd écoute : tel un peigne que l’on frotte : c’est le crapaud CALAMITE

3ème écoute : chant faible car dans l’eau : c’est la GRENOUILLE AGILE

4ème écoute : chant moqueur qui peut s’entendre même le jour : c’est la GRENOUILLE RIEUSE

5ème écoute : comme une porte qui grince ou bien 2 boules de pétanque qui s’entrechoquent ; c’est le PELODYTE

6ème écoute : peut faire penser à un gros crapaud mais c’est le chant de la petite RAINETTE 


Merci à Aurélia pour cette sortie intéressante et peut-être une nouvelle rencontre en septembre.


Compte-rendu rédigé par Catherine Fels. Merci à Jacqueline et à Louise pour les photos.


Adhérer Faire un don Parc Beaulieu Parc Restinclières Retour accueil

Sortie sur le terrain : des racines dans le sol

Samedi 6 mars 2021

Pour fêter les 10 ans de l’A.R.B.R.E, l’association a choisi comme thème de l’année 2021 de s’intéresser plus particulièrement aux arbres et propose à ce titre une série d’évènements.

La sortie d’aujourd’hui fait suite à la visio-conférence du 20 février dernier de Claire Atger intitulée « Pas de sol sans racines, pas de racines sans sol »  et disponible en réécoute sur le site de l’association.

24 personnes étaient présentes ce samedi 6 mars 2021 à 15 heures au rendez-vous du parking des carrières à Beaulieu pour participer aux travaux pratiques.

Claire Atger ou « Madame Racines » comme elle aime se présenter accueille les participants et leur propose de répondre aux questions : Qu’est-ce qu’un sol ? Comment cela se crée ?

Nous sommes sur la zone d’extraction de la pierre dite de Beaulieu exploitée depuis les Romains. Il s’agit d’un calcaire coquillier utilisé principalement pour la construction de bâtiments publics et privés. Nous sommes au niveau de la roche-mère. Le sol originel a disparu par l’exploitation de la carrière et on observe la manière dont la roche mère est recolonisée. Nous pouvons ainsi voir les premières étapes d’une implantation accélérée. On a une belle image de ce que la végétation peut faire quand on la laisse en paix. Il en a été de même à Tchernobyl. 

Dans la zone d’extraction de la pierre dite de Beaulieu exploitée depuis les Romains.

La revégétalisation commence avec l’implantation d’algues de lichens, puis de mousses qui en se décomposant déposent des matériaux organiques qui permettront à des herbes annuelles puis à des plantes pérennes de s’installer successivement. Claire nous montre un sol qui a été fabriqué grâce à l’action des racines des plantes. C’est la pédogenèse (genèse du sol). Avec les excréments des animaux de passage, on aura des graines. Le thym, la lavande, l’euphorbe s’installent en premier puis nous avons des végétaux plus hauts.

La paroi verticale qui est devant nous n’héberge aucun végétal, trop lisse et difficile à coloniser alors qu’à son sommet pousse déjà un pin dont on peut supposer que l’implantation a été plus facile que sur les parties verticales. La végétation ligneuse de première génération va permettre l’implantation d’autres végétaux. Un processus de cicatrisation avec des arbres tombés au sol peut aussi s’opérer. Les pins recolonisent rapidement, ce sont des pionniers, puis arrivent plus tardivement les chênes.

Ici les arbres sont « transparents » avec une croissance difficile en particulier parce que leurs racines courent presque directement sur la roche mère faute d’un sol leur permettant de s’implanter en profondeur.

Pour une meilleure compréhension du processus, plusieurs fosses ont été creusées gratuitement par Gaël Even, terrassier, avec des objectifs précis, dans une zone de carrières qui a été comblée : deux fosses à proximité d’arbres, une troisième en lisière des cannes et une quatrième dans un sol anthropisé[1].

L’extraction de la pierre a creusé des cavités et leur comblement a été conduit par l’alternance de couches de matériaux qui n’ont rien à faire ici : de l’enrobé, des blocs de calcaire, des morceaux de verre… Nous ne sommes pas dans la stratification naturelle des sols. C’est un remblai. Ce n’est pas forcément mauvais. C’est ainsi que les villes s’élèvent de 10 cm par siècle et que nous avons des sols anthropisés.

Pour tester un sol, le pédologue va s’intéresser à la physique du sol. Il va étudier notamment la porosité du sol qui va permettre aux racines et aux vers de terre de se déplacer grâce à l’existence de poches d’air qui facilitent aussi l’infiltration de l’eau de pluie. Ainsi une structure grumeleuse est une bonne chose. Le pédologue dispose d’un code des couleurs.
Un des critères morphologiques des sols facilement accessible est sa couleur. Elle est appréciée aussi bien lors d’un sondage à la tarière que sur la paroi d’une fosse pédologique, en utilisant la Charte internationale des couleurs Munsell® (Munsell Soil Color Chart).  Chaque couleur est identifiée par un code unique qui combine la teinte de base, la clarté et la saturation. Certaines colorations l’alertent. 

Paroi d’une fosse pédologique.

La proportion d’argile dans le sol est importante dans notre région. Nous avons aussi des limons, du sable. Le mélange de ces matériaux est favorable. On peut y ajouter des fragments de roches plus grossiers (petits graviers par exemple) pour améliorer la porosité. Les sols de remblai comprennent aussi des matériaux exogènes qui se mélangent à l’argile. 

Il faut que le sol respire pour favoriser la décomposition de la matière organique et la vie des organismes du sol (végétal et animal). Le manque d’air est néfaste : on parle alors d’un état d’hydromorphie lorsque le sol ne draine pas correctement et qu’il est donc dépourvu d’oxygène ce qui ne permet pas aux animaux de vivre. Les plantes ont une capacité extraordinaire pour s’implanter. Elles doivent cependant puiser des éléments organiques d’où l’importance du drainage.

Pour analyser sérieusement un sol il faut creuser une fosse, prélever des « carottes » et étudier la porosité (existence ou non de petits et grands trous). Souvent on préfère, à tort, faire une analyse chimique des sols plutôt qu’une étude physique.  

Nous nous dirigeons vers la première fosse devant deux cèdres. Claire prélève un premier matériau. Son aspect « crumble » est positif. Il témoigne du rôle de la matière organique dans la structuration du sol. Les pédologues étudient aussi la manière dont le matériau se fissure. Ils cumulent des paramètres importants pour déterminer la qualité d’un sol. Dans un sol naturel, la matière la plus foncée devrait être en surface et la plus claire en profondeur. Avec les remblais, c’est différent.

Claire nous montre des racines qui peuvent descendre très profondément dans le sol. La diversité des formes souterraines est extraordinaire. Ainsi nous sommes devant un pin d’une quinzaine d’années (âge déterminé par la lecture des étages de branches) à la croissance faible.

Claire Atger en pleine démonstration.

Les formes racinaires sont très variées pour réussir à coloniser le sol avec un système de racines principales qui se fixent dans le sol et des racines horizontales qui en dérivent pour boire et manger.

Nous abordons la deuxième fosse à proximité d’un pin. Les variations des qualités du sol peuvent être très importantes sur de très faibles distances, le sol est parfois fondamentalement hétérogène. Le milieu aérien est relativement homogène et structuré. Le sol n’étant pas homogène, la partie souterraine des végétaux offre plus de plasticité pour permettre à la plante de se procurer ce dont elle a besoin selon les variations du milieu. Ainsi en est-il des sols alluvionnaires déposés par les cours d’eau. Le fleuve Aude s’est déplacé et baladé sur de  très grandes distances. On trouve des restes de dépôt un peu partout avec des volumes différents. En faisant un remblai, on couvre et on modifie les caractères du sol.

Fosse à proximité d’un pin.

Une auditrice s’interroge sur ce qui se passe quand on comble la fosse ?

Claire indique que les racines ont obligatoirement souffert. Elles boivent à leur extrémité, là où il n’y a pas d’écorce. Les arbres savent refaire des extrémités. Mais dans les racines il n’y a pas de bourgeons, donc la restauration des plaies est difficile.   

Une autre question concerne l’habillage des racines ?

Quand on arrache un arbre pour le replanter il faut faire des plaies propres, franches, sectionner les racines rigides et réduire les racines fines pour qu’elles ne dépassent pas le volume défini par les racines. Si des racines fines dépassent à la plantation elles pourront être déformées et Attention il peut y avoir un risque d’étranglement.  Quand on achète une plante en pot, il faut sortir la motte et l’examiner. S’il y a beaucoup de racines qui sortent de la motte et qui tournent dans le pot, ce n’est pas bon. Ne pas hésiter à les couper. Les plantes en pot sont souvent bourrées d’engrais. Il vaut mieux acheter des arbres en racines nues, de petits calibres avec plein de racines de nutrition. Pour les arbres fruitiers, on achète un arbre composé d’une tige unique de petit volume (un scion ou un baliveau). Si on plante un arbre déjà grand, il faut mettre autour des arbres moyens et des petits car l’avenir est dans les jeunes.

Nous passons à la troisième fosse, à proximité des cannes. Nous observons un sol inversé : d’abord la roche puis la terre. Des cannes progressent en surface avec des rhizomes d’où une colonisation superficielle  car la stratification du sol est bloquante.

Fosse à proximité des cannes.

Quelles différences avec le bambou, interroge une auditrice ?

C’est le même groupe nous dit Claire avec des tiges creuses mais d’une autre espèce. A différencier aussi de la canne à sucre dont on mange des bâtons.

La quatrième fosse a été creusée sur un sol anthropisé. C’est la cour des miracles ! Nous avons des restes de matériaux divers et pouvons constater la grande résilience des végétaux compte tenu de la toxicité de certains produits. Nous sommes sur l’emplacement d’une ancienne déchetterie. C’est colonisable néanmoins. Un bon terrassier va faire des creusements et des tas différents en fonction des différentes couches qu’il rencontrera. Il les stockera en différents tas et puis les remettra dans l’ordre d’origine. 

Claire travaille à aider des collectivités locales à réussir des plantations de qualité. Elle est critique sur les normes en vigueur qui ne sont pas généralisables à toutes les espèces. Ainsi la norme dit que le diamètre de la motte racinaire devrait faire trois fois la circonférence de l’arbre à un mètre de hauteur, ce qui est trop peu. Elle continue à préférer la plantation de petits sujets qui deviendront grands bien qu’ils ne soient pas spectaculaires au départ. Elle évoque le remplacement des platanes le long du canal du Midi notamment par des micocouliers aux racines explosives et regrette que l’on n’ait pas fait le choix de nouvelles espèces à titre expérimental en raison du changement climatique.

Quelques vaillants auditeurs manient la pelle pour combler cette fosse afin d’éviter la chute malencontreuse de quelques promeneurs distraits.

A l’issue de cette déambulation sympathique et instructive, nous voici mieux informé.es sur la nécessaire et judicieuse cohabitation sol-racines. Merci à Claire pour ses explications limpides. Nous regarderons désormais autrement là où nous posons les pieds et guetterons le moindre ver de terre pour nous rassurer sur l’état du sol.

Régine Paris avec la relecture attentive de Claire Atger

Merci aux participants, Patrick Paris, Marie-Paule Dusserre et Jackie Maert, qui ont partagé leurs photos pour illustrer ce compte-rendu.


[1]    Dégradation du sol liée à l’action humaine


Adhérer Faire un don Parc Beaulieu Parc Restinclières Retour accueil

La sortie découverte du sentier nature des Carrières de Beaulieu

 Dimanche 20 septembre 2020 

Compte tenu des conditions sanitaires particulières liées à l’épidémie de Covid-19, la sortie découverte du sentier nature dans les carrières de Beaulieu, organisée dans le cadre des journées du Patrimoine par l’association A.R.B.R.E, le dimanche 20 septembre à 16 heures, était réservée aux adhérents et limitée à 30 participants. 

Le panneau 1 qui se situe sur le parking en face du gymnase.

 Le rendez-vous était fixé au parking du bois du Renard, en face du nouveau gymnase Edmonde Carrère. Yves Caraglio, botaniste et chercheur au CIRAD, a distribué des écouteurs et formé trois groupes de dix personnes. Le port du masque était obligatoire. 

Le rendez-vous de 16 h au point de départ du sentier des Carrières.

 Au départ nous avons rejoint le parking du théâtre des carrières où les enfants ont formé le groupe de tête pour cheminer le long du sentier grâce aux fourmis noires et rouges peintes sur des roches. 

Avec les 50 mm de pluie tombée la nuit précédente, la nature avait repris du tonus comme les deux buissons de chêne Kermès correspondant au premier panneau portant sur la relation plante/insecte. Déjà grâce aux 20 mm de la dernière pluie, la sarriette avait refleuri. 

Le chêne Khermès et sa cochenille

Tout au long du parcours, avec le respect de la distanciation physique et grâce aux écouteurs, les promeneurs ont pu profiter des explications fournies par Yves, jamais avare de précisions. En empruntant un des anciens chemins de carriers, il a évoqué le projet dans l’avenir d’installation de panneaux évoquant l’exploitation depuis les Romains du calcaire coquillier. Les traces laissées par les roues des anciens charriots et les fers des chevaux attestent d’une extraction ancienne et intense. 

Un ancien chemin de carriers.

Chemin faisant nous avons pu admirer ici une plante parasite à fleurs jaunes, là des gueules de loup bien vives. Ayant saisi au passage une fourmi volante –une reine-, Yves nous explique que même « coupée en morceaux » elle continue à vivre. On peut en ce moment observer des vols de fourmis mâles et femelles qui peuvent atteindre 40 mètres de hauteur pour s’accoupler. Il en est de même des abeilles. 

Petite pause devant le deuxième panneau consacré au pistachier térébinthe qui pousse à l’état naturel dans la garrigue, à la différence du pistachier lentisque –le restincle en occitan qui a donné son nom à la commune de Restinclières – le lieu où on plante le restincle- dont on ne retrouve plus la trace aujourd’hui sur nos deux communes. Il fut dans le passé utilisé pour en extraire le tannin destiné au traitement du cuir. 

Le pistachier térébinthe et ses pucerons.

Le troisième panneau concerne des plantes dont il faut se méfier comme le cornouiller sanguin, un arbuste qui produit des baies noires susceptibles, si on les consomme, de provoquer des vomissements à la différence du cornouiller mâle aux baies rouges avec lesquelles on fait de la confiture. Yves nous met en garde aussi contre la toxicité du muguet et du laurier rose

Là encore on peut admirer un ancien front d’extraction des carrières exploité manuellement qui pourrait, par la suite, faire l’objet d’un panneau informatif.

Les plantes à manipuler avec précaution.

Nous arrivons à proximité des plantes accrocheuses comme la salsepareille de faible hauteur -3 à 4 mètres- qui forme de grandes draperies dans les arbres qu’elle enserre. Idem pour la clématite. On passe à côté du théâtre des carrières. Un arbre est tombé la nuit dernière. De cet endroit on peut accéder à un promontoire sur lequel a été installée la croix des carrières et d’où l’on pouvait, jusqu’à il y a une trentaine d’années, admirer tout le village. La garrigue était alors exploitée pour sa pierre, le bois pour les charbonnières et elle servait aussi de pâture aux moutons. Yves nous invite à distinguer le paysage remanié par l’homme avec des points hauts suite à l’exploitation de la pierre, du paysage naturel. Dès le Moyen-Age l’extraction concernait des petites zones destinées à la construction de maisons, bâtiments religieux et agricoles. 

Les plantes accrocheuses.

Toujours guidés par les petites fourmis noires et rouges, nous arrivons face au parc des carrières, créé en 2013 par l’association A.R.B.R.E sur le site d’une ancienne décharge. Le trou a été comblé et le Département a répondu favorablement à la demande de réhabilitation de la commune de Beaulieu en finançant les premiers aménagements.
80 arbres d’origine méditerranéenne, à croissance lente, ont été plantés à l’occasion de la naissance des enfants dans la commune et sur la base du volontariat des parents. Une extension est envisagée. L’accès récent à l’eau du Bas-Rhône, grâce à l’intervention de la commune, facilite l’arrosage pendant la période estivale. Le panneau de présentation du parc récemment tagué va être remplacé. 

Arrêt devant le panneau du ciste de Montpellier, à l’entrée du parc des plantations : Une Naissance-un Arbre (UNA)

Devant l’entrée du parc un panneau sur le ciste de Montpellier a été installé récemment. Le feuillage vert foncé roussit avec la chaleur et peut servir d’indicateur aux pompiers sur les risques d’incendie. Ses fleurs sont blanches et il est absent de notre garrigue, à la différence du ciste blanc ou cotonneux, dont les fleurs sont roses. 

Le ciste de Montpellier.

Reprenant notre promenade, nous passons devant le panneau du fenouil puis en tournant à droite nous découvrons sur une petite butte le panneau du lierre. Petite pause pour écouter le commentaire d’Yves concernant cette plante qui a souvent une mauvaise réputation. Elle colonise des surfaces importantes et se reproduit rapidement une fois à la pleine lumière. Le lierre n’abîme pas l’arbre et met en place un ombrage au tronc. 

Par la suite il sera possible de modifier l’itinéraire avec un cheminement consacré à l’exploitation de la pierre qui pourra également nous conduire vers le village.
À proximité nous observons de la lavande sauvage et des plantes qui bénéficient de l’effet de nursing ou -pour parler français- de l’effet de facilitation à l’abri d’autres plantes dont elles s’émanciperont par la suite. Nous ne pouvons qu’être séduits par l’intelligence du monde végétal qui déploie des stratégies de développement et de survie remarquables. 
Nous passons devant une plante odorante –smilax- dont le parfum agréable est difficile à extraire. 

Le groupe est passé devant une odorante smilax.

L’avant-dernier panneau concerne le figuier. Une animation en 2019 dans les écoles de Beaulieu et Restinclières a rencontré un beau succès et permis aux enfants de se familiariser avec la biologie de reproduction complexe du figuier. 

Le figuier.

Un magnifique chêne vert clôturera cette balade. Alors que tout était pelé –pâture et exploitation de la pierre-, ce chêne a pu se développer à son aise sans subir des coupes meurtrières et en retour il assurait un bel ombrage aux bergers et bergères ainsi qu’aux moutons de ce temps révolu. Cet arbre qui pousse habituellement en peuplement est très dominant et ne laisse pas beaucoup de place aux autres plantes. La yeuse est l’autre nom du chêne vert et l’euzière, le lieu où il est planté. A cette occasion Yves rappelle que la toponymie est souvent en relation avec la botanique. Ainsi en est-il du lieu-dit « Ginestet » dépendant de Beaulieu qui désignait un lieu planté de genêts servant à fabriquer de la toile de maison. Un participant à la promenade nous signale que la consultation des anciens cadastres informait sur l’utilisation des terres –ce qui n’est plus le cas aujourd’hui-.

Le chêne vert termine la découverte du sentier nature des Carrières.

La promenade-découverte du sentier nature est terminée. Elle va néanmoins se prolonger jusqu’au parking avec les réponses d’Yves à quelques questions. De même il montre aux enfants et aux adultes un « diablotin », sorte de mante-religieuse de couleur grise ou verte qui possède deux pattes ravisseuses. 

Nos petits Poucets qui ont conduit la promenade n’ont pas eu besoin de retrouver les petits cailloux : les fourmis les ont bien guidés. Les plus grands ont apprécié les explications toujours claires et savantes d’Yves Caraglio. 
Un clin d’oeil à la « calament », sorte de menthe sauvage, avec ses perles dorées odorantes sur les feuilles : les ajouter à une salade de tomates, c’est divin…

Avant de se séparer, Jacqueline Taillandier, présidente de l’association ARBRE, rappelle que la conférence « Être une plante en garrigue. Résister à la sécheresse, survivre ou mourir. » est programmée à 18 h à la salle municipale du foyer à Beaulieu le dimanche 11 octobre en complément de la sortie sur le stress hydrique des plantes qui s’est déroulée début juillet. 

___________
Régine Paris
Avec la relecture bienveillante d’Yves Caraglio et les photos de Patrick Paris.