Archives du blog

Sortie ornithologique

Dimanche 14 mai 2022 à 7 h 30

Plaine de Beaulieu

Le rendez-vous était fixé à 7h30 le samedi matin pour avoir quelques chances d’apercevoir des oiseaux dans la plaine de Beaulieu. Hasard du calendrier, c’est la journée nationale des oiseaux migrateurs ! Nous n’allons pas les imiter et resterons bien sagement dans la plaine de Beaulieu.

Quinze personnes sont présentes à l’ancien quai de décharge. La sortie est animée par Lucie Frison, une jeune ornithologue employée dans un bureau d’études et diplômée en Ecologie Biologie des Organismes (EBO) de la faculté des sciences de Montpellier. Nous disposons de jumelles et de deux lunettes sur trépied.

En entrée en matière, Lucie demande aux participants comment on procède pour identifier un oiseau ? Les réponses fusent : un bec, des plumes, des pattes, la forme de la queue, la forme des ailes en vol, la taille, le comportement… Lucie nous rassure, c’est le chant qui est le meilleur vecteur pour reconnaître un oiseau.

Le moment est bien choisi. Là on écoute une fauvette à tête noire. Elle se cache et est difficile à voir. Un bruant proyer jaune joue les acrobates en haut d’un arbuste. Son chant évoque le début de la cinquième symphonie de Beethoven. 

Le Bruant proyer.

Les rossignols sont très présents. Lucie reconnaît une cisticole des joncs grâce à son vol compliqué : pirouettes et petits rebonds. Difficile de la voir à l’arrêt. Elle fait un petit « t chi,t chi » en volant.

La Cisticole des joncs.

Nous entendons le chant du loriot, un son humain facile à identifier. Il vole très haut et est de couleur jaune.

On peut consulter avec profit l’application ornithopedia pour se familiariser avec les oiseaux ou l’application BirdNet. Certains oiseaux n’ont pas une note particulière et sont alors difficiles à identifier.

En Occitanie nous sommes bien lotis mais attention entre le nord et le sud de la France, les accents sont différents même pour les oiseaux ! Il y a des migrations géographiques pour les vautours ou les pinsons par exemple : les chants varient alors en fonction de la région.
Pour compliquer l’identification des oiseaux par leur chant, il faut savoir que des oiseaux imitent le chant de leurs congénères : le geai des chênes imite la buse pour se protéger, alerter, parader … Le rossignol a un chant variable.

Deux petits passereaux survolent la plaine avec un chant grinçant : ils piaillent !
Au même moment, Lucie identifie six espèces d’oiseaux grâce à leur chant. Cela demande de la concentration. Attention les chants s’oublient vite. Il faut écouter les oiseaux régulièrement. Pour exercer son oreille, on peut utiliser des CD ou regarder des vidéos sur youtube comme celle du « studio les trois becs ». C’est très pédagogique. Il ne faut négliger aucune espèce. On ne s’ennuie pas à écouter les oiseaux, nous dit Lucie.  

Du lever du jour aux environs de 10 heures, c’est le meilleur moment pour voir nos petits amis. Nous apercevons un faucon crécelle au sommet d’un poteau puis deux loriots en vol. Le premier mesure 27 cm environ.

Lucie reconnaît un hypolaïs polyglotte, couleur olivâtre et jaune sous le ventre. Il fait   un bruit de moteur qui a du mal à démarrer… Yves le prend en photo.

L’hypolaïs au plumage très discret.

Notre œil s’exerce pour découvrir un moineau sur un fil électrique, un geai des chênes de passage, un faucon, un milan royal reconnaissable à sa queue peu incurvée puis un tarier pâtre perché sur un arbre.

Le Geai des Chênes sur son fil.
le Milan royal en vol.

Yves nous indique la présence des outardes bien cachées dans de hautes herbes. L’attente ne permettra pas de les voir. Yves aura ce plaisir le lendemain.

La promenade se termine aux environs de 10 heures. Chacun.e repart vers ses occupations après avoir remercié chaleureusement Lucie pour ses explications.

_________________________
Régine Paris avec la relecture attentive d’Yves Caraglio

Sortie Ornitho

Découvrir les oiseaux

Matinée dans la plaine de Beaulieu / Restinclières

Samedi 22 mai 2021 l’A.R.B.R.E. proposait une sortie matinale à la découverte des oiseaux dans la plaine de Beaulieu-Restinclières au printemps, une période de nidification. Une belle façon de commencer la journée en ce jour de fête internationale de la biodiversité

La balade à commencer par le chant du coq de 7 h du matin ! Très vite le groupe des 12 participants a pu entendre, et/ou observer aux jumelles les variétés suivantes dans les espaces ouverts de la plaine riches d’une mosaïque de milieux agricoles alternant friche ou pâtures, luzerne et colza :

Bruant proyer (Photo : Yves Caraglio)

 Fauvette mélanocéphale – Rossignol Philomèle – Étourneau Sansonnet 

Faucon crécerelle (Photo : Yves Caraglio) 

Milan noir – Buse Variable (observée au sommet d’un pin) – Hirondelle de cheminée – Sterne Hansel en vol, venue du bord de la mer (10 km) pour chasser les criquets en plongeant dans le blé. 

On a pu entendre et/ou observer aux jumelles les variétés suivantes dans les parties boisées de la plaine (espaces fermés) les oiseaux suivants : une Huppe Fasciée – un couple de Pie Grièche à tête rousse.

Couple de Pie Grièche à tête rousse (Photo : Yves Caraglio) 

Yves Caraglio, qui conduisait la sortie à la place du spécialiste qui n’a pas pu venir, expliquait au groupe le plancton aérien qui est l’équivalent aérien (atmosphérique) du plancton marin. Ce « plancton » alimente notamment les hirondelles et martinets. La nuit, il alimente les chauves-souris et les araignées. Le plancton aérien est la principale source de nourriture des oiseaux.

Aussi en bon botaniste, il a informé que la population d’insectes a bien chutée en raison de la sécheresse de l’été dernier notamment.

L’observation s’est terminée avec l’écoute et la vue des oiseaux suivants : le Loriot d’Europe, le Serin Cini, le Geai des Chênes que le groupe a eu la chance d’observer de près sur les branches basses d’un pin.

Le Serin Cini (Photo : Yves Caraglio)
Le Geai des Chênes (Photo : Yves Caraglio)

Et nous n’avons pas eu la chance d’observer les oiseaux suivants et présents habituellement sur le site comme l’ outarde canepetière une espèce menacée qui fait l’objet d’un programme de conservation au niveau national. Le groupe aurait aussi apprécié d’observer le Rollier, la tourterelle des bois, le Garde-Bœuf aussi !

L’outarde Canepetière (Photo : Yves Caraglio)

Tous ces oiseaux étaient en activité de chasse, de conservation de leur territoire, et même d’apprentissage du chant. La richesse du biotope de la plaine est favorisé par les espaces ouverts (la plaine) et les espaces fermés (les bois). Le cours d’eau « La Gendarme » qui traverse ses deux espaces, fermés et ouverts, enrichit, lui aussi, la biodiversité locale. 

Maintenant écoutez 🐦 🌳 🎶

Lien vers la vidéo publiée sur la page Facebook de l’A.R.B.R.E : https://www.facebook.com/ARBRE34160/videos/828511897769760

Outils

Fichiers audio de chants et de cris des oiseaux de France

Birdie Memory, un outil ludique et innovant pour reconnaître le chant des oiseaux :

L’application « Birdie Memory » à découvrir sur lpo.fr

Adhérer Faire un don Parc Beaulieu Parc Restinclières Retour accueil