Archives du blog

Regards croisés 2021

🌳 SOIRÉE DÉBAT

Samedi 11 décembre 2021 à 18h – Salle du Pic Saint-Loup

La salle du Pic Saint-Loup mise à disposition par la commune est au maximum de son occupation avec un peu plus de 100 personnes accueillies pour fêter les 10 ans de l’association A.R.B.R.E (Association Restinclières Beaulieu pour le Respect de l’Environnement). 

En introduction, Jacqueline Taillandier, présidente de l’association, rappelle brièvement l’historique, les objectifs et les activités poursuivis depuis dix ans par l’ARBRE : animations par des spécialistes dans les écoles des deux communes, sorties botaniques, géologiques, ornithologiques et batraciens, plantations d’espèces méditerranéennes dans les deux parcs botaniques à l’occasion des naissances, création d’un sentier botanique dans les carrières de Beaulieu, conférences-débats, déplacements doux. 

Yves Caraglio, botaniste et chercheur au CIRAD, référent scientifique de l’association, présente les deux intervenants de la soirée : Francis Hallé,  professeur émérite de botanique à l’Université de Montpellier et Pierre Mirallès qui aura une approche littéraire, assistée d’Odile Sirlin, professeure agrégée de Sciences de la vie et de la terre (SVT) au lycée Georges Pompidou de Castelnau-le-Lez.

Francis Hallé prend la parole après avoir préparé quelques dessins sur un tableau à feuilles multiples. Il rappelle qu’il étudie depuis longtemps les arbres. Un arbre n’est pas un « individu ». On en parle parfois comme un « sujet ». On devrait dire tout simplement « un arbre ». Si les humains sont indivisibles, ce n’est pas le cas de l’arbre. On peut le couper en plusieurs morceaux, ses racines lui permettront de repartir. Ce n’est donc pas un individu.

Nous avons chacun un génome que l’on retrouve dans tous nos organes. Chez l’arbre il y a des milliers de génomes.

Un arbre « unitaire » c’est un tronc et des branches comme un sapin, un épicéa. L’arbre est très ancien. Les paléobotanistes connaissent bien les arbres et particulièrement les arbres unitaires. 

Un grand arbre est riche de plusieurs centaines de milliers de génomes différents[1].

Les racines ne sont pas que souterraines. Francis Hallé fait circuler un tronc porteur. Si on retire les tissus, on trouve des racines[2].

Dans nos régions on distingue le tronc des réitérations aériennes et souterraines qui forment des colonies. Le bois juvénile fragile recouvre le bois de cœur adulte.  On passe au stade « coloniaire ».

[2] Ce phénomène correspond au raccordement vasculaire et à la mise en place du bois, chez certaines espèces, quand une nouvelle tige se met en place sur une axe beaucoup plus âgé ce raccordement est très en relief.

[1] Des mutations somatiques se forment lors de la mise en place de nouvelles branches mais avec des taux très faibles, pour en savoir plus : https://journals.plos.org/plosbiology/article?id=10.1371/journal.pbio.3000191


L’essentiel des arbres est fait de racines. Sur un grand chêne, les branches maîtresses constituent les troncs de réitération.

Francis Hallé a observé des choses pittoresques dans les arbres qu’il a étudiés. A titre d’exemples :

– Un petit arbre du Cameroun qui atteint 10 m de hauteur pousse à l’ombre. Des fleurs sortent du sol. Il s’agit d’inflorescences souterraines qui partent de la base du tronc. Il a été surpris par cette plante. Qui la pollinise ? Il n’a pas vu d’insectes. Et pourtant, il y avait des fruits jaunes et ronds.
– Un arbre « qui marche » et se déplace de 4 à 5 mètres par an : c’est le palétuvier. Une branche ou réitération devient autonome. Ça pousse d’un côté et ça meurt de l’autre côté. Ça part en étoile du pied d’origine qui ne bouge pas. Cela contredit l’idée qu’un arbre ne marche pas.

De même nous avons quantité d’herbes au sol et nous ignorons que leurs ancêtres étaient des arbres de la forêt tropicale. A titre d’exemples :

– la violette provient du Leonia,
– des graminées (avoine…) ont pour origine les bambous tropicaux,
– la pâquerette a pour cousin un arbre de 40 mètres de haut à Madagascar, exploité pour son bois,
– l’ortie urticante appartient à la famille du Mussanga ou du Cecropia. Il s’agit là d’arbres pionniers comme le parasolier. Les ancêtres tropicaux ne piquent pas. Ils sont creux et hébergent des fourmis type « aztéca », c’est pire que les poils urticants de l’ortie !

Fourmi du genre Azteca sortant de la tige du Cecropia

Ainsi les ancêtres des forêts tropicales se sont-ils acheminés vers le nord et le sud et se sont transformés en herbes. De nombreux exemples sont présentés par Francis Hallé montrant la tendance à la miniaturisation des organismes tempérés en regard des représentants tropicaux.

Dans la famille des Myosotis, les Boraginacées, on trouve de très grands arbres tropicaux comme les Cordia ou encore dans la famille de la garance, les Rubiacées, les Chimarrhis d’Amazonie forment des arbres immenses.

A gauche, jeune Cordia en croissance. A droite, Chimarrhis adulte.

A la question du public concernant la recommandation populaire de ne pas s’endormir à l’ombre d’un noyer, Francis Hallé parle d’obscurantisme qui peut parfois devenir la vérité mais pas dans le cas du noyer. [3]


[3] – Cet ombrage est, tout simplement, déconseillé à cause d’un produit toxique qui émane des feuilles (surtout après la pluie ou quand il fait fort humide) ; la juglandone, toxine fabriquée par les feuilles et les racines de l’arbre, qui joue le rôle de désherbant au pied des noyers en inhibant la pousse des herbes peut être néfaste à la santé si l’exposition est trop longue.


Reprenant son propos sur les génomes, il indique que les fruits de l’arbre ont des génomes différents de la graine dont ils sont issus comme chez les humains[4]. Un arbre peut vivre longtemps, 43 000 ans et même 80 000 ans comme l’a démontré une découverte récente avec le clone d’un peuplier. Cela donne un brin d’optimisme.

En réponse à la question d’un auditeur sur l’entretien de la base d’un arbre, Francis Hallé recommande de « ne rien faire ». Il faut « foutre la paix » aux plantes. Labourer autour de l’arbre empêche le sol de se rafraîchir, modifie la vie biologique du sol et surtout sectionne les racines. Il reconnaît que c’est difficile pour l’homme de ne rien faire.

Il évoque ensuite le projet de création d’une forêt primaire dans le cadre d’une association qui s’est créée dans ce but. Les recherches d’un lieu se poursuivent après des approches dans les Vosges et les Ardennes françaises et belges.  Un déplacement dans les Pyrénées orientales est programmé. Pour le moment le choix n’est pas fait. Cela intéresse beaucoup de gens surtout les jeunes. La libre évolution doit favoriser la renaissance. Il ne faut rien faire. Cela est source parfois de conflits avec les chasseurs et certains forestiers qui n’ont pas les bases de l’écologie. 

A la question sur le délai nécessaire pour créer cette forêt primaire, il avance 6 à 7 siècles sans rien faire mais tout dépend de l’âge de la forêt. Les visites seront autorisées et même encouragées.

Il évoque une forêt primaire en Pologne, admirée dans le monde entier et qui est actuellement menacée par certaines décisions gouvernementales.

Concernant les dangers qui menacent les forêts en général, il indique que les forêts primaires ne craignent pas les incendies car les grands arbres attirent la pluie.

En réponse à une question sur Madère, il considère qu’on ne peut pas parler de forêts primaires dans cette île dépourvue de grands mammifères sauvages.

Le Regard croisé se poursuit avec l’intervention de Pierre Mirallès qui nous propose de passer des arbres réels aux arbres imaginaires des textes littéraires. Au départ de sa réflexion il y eut la recherche de textes évocateurs de paysages. L’arbre occupant une part importante de ses trouvailles, Yves Caraglio lui a proposé de nous faire profiter de son recueil de textes sur les arbres. Cinq extraits d’œuvres littéraires et une nouvelle seront lus par Odile Sirlin.

[4] C’est le principe général de la reproduction sexuée qui favorise le brassage des gènes. L’arbre a une variabilité qui lui permet de s’adapter au changement climatique, il régule son fonctionnement en fonction des conditions du milieu et de son aptitude génétique : c’est la plasticité phénotypique


L’intervenant rappelle la connivence naturelle de l’arbre avec le papier qui en est issu. Le mot latin «liber» désigne à la fois le livre et la partie de l’arbre qui guide la sève. On parle aussi de la feuille de l’arbre et de la feuille du livre.

Ce qui inspire les écrivains chez l’arbre c’est sa station debout/verticale qui le rend proche de l’homme et crée une empathie. Il peut projeter ses sentiments. 

L’arbre n’est pas une figure centrale de la littérature mais elle se rencontre assez souvent chez les écrivains de la fin du XIXème et du début du XXème siècle. Il joue le rôle d’un décor, d’une pièce accessoire d’une intrigue, d’un personnage principal ou secondaire. 

Pierre Mirallès nous propose une grille de lecture à partir de plusieurs oppositions et du passage du monde sensible/naturel au monde spirituel. L’arbre est ainsi à la fois, un morceau de nature et une figure de l’imagination ambivalente source de sentiments opposés. Il part de l’archétype hortus (le jardin) et sylva (la forêt). 

L’hortus = jardin, est la partie proche de la maison et répond à des besoins et à des désirs. Les arbres sont connus individuellement. C’est le côté maternel de l’arbre. Les écrivains parlent de « mère nature » avec son caractère nourricier (les fruits, champignons, œufs…). C’est un refuge pour les animaux et les humains, les enfants construisent des cabanes (cf. Le Baron perché d’Italo Calvino). Il a un aspect consolateur, c’est un ami, un confident.

Côté « sylva » = la forêt. Le mot évoque le monde sauvage dans lequel l’homme intervient épisodiquement. C’est une foule indifférenciée. L’arbre s’oppose à l’humain. Il peut être étrange, hostile, menaçant et même maléfique avec le passage du naturel au surnaturel. Il y a perte des repères habituels. La forêt c’est aussi le refuge des bêtes féroces -le loup par exemple (cf. Le Petit chaperon rouge et les fables de La Fontaine) –  et des humains peu recommandables (le charbonnier, la sorcière…) Elle peut se présenter comme une armée en campagne et la forêt a l’air de marcher (cf. Les écrivains anglo-saxons -Tolkien Le Seigneur des anneaux-, Macbeth de Shakespeare). L’arbre creux évoque les mondes surnaturels. Seuls le fer et le feu pourront le dominer. 

Depuis 30 ou 40 ans on assiste à un renversement : c’est la forêt qui est menacée par l’homme. Elle devient un espace de liberté, un poumon vert à proximité des grandes villes et répond au besoin de protection des activités humaines. Cf. Jean Giono L’Homme qui plantait des arbres.

On passe ensuite à la dimension spirituelle de l’arbre :

– Trait d’union entre la terre et le ciel symbolisé par le passage de la terre  (les racines) au ciel (le feuillage), le tronc reliant les deux. Cette image renvoie au sacré. On trouve beaucoup de textes poétiques qui utilisent la colonne d’un temple figurant le caractère sacré dans beaucoup de religions. On parle de l’arbre de vie/arbre de la connaissance dans la Genèse, de bois sacré…
– Sa robustesse synonyme de puissance renvoie à la  sagesse et à l’impartialité quelles que soient les circonstances : Louis IX (Saint-Louis) rendait la justice sous un chêne. Ce caractère l’oppose au nomadisme, à la violence. L’arbre est symbole de paix.

Pierre Mirallès prend la précaution de nuancer cet imaginaire qui est variable en fonction de l’époque, du lieu, de la culture. Ainsi dans les textes littéraires, les arbres jouent plusieurs rôles. C’est une approche polysémique qu’il nous propose. On retrouve les approches préférentielles suivantes :
– le cyprès : l’éternité, la permanence
– le sapin : la sacralité
– le chêne : la robustesse.

Il ne faut pas oublier la dimension esthétique des arbres : effets de lumière, chant des oiseaux, parfums qui produisent des effets sensibles et esthétiques.

Lecture par Odile Sirlin des cinq extraits suivants et d’une nouvelle intégrale :

– Les Sapins, extrait d’Alcools – 1913 – de Guillaume Apollinaire, précurseur des surréalistes.
– Un extrait du Petit traité sur l’immensité du monde (2005) de l’écrivain voyageur Sylvain Tesson. Un éloge du nomadisme.
– Un extrait de La Nausée (1938) de Jean-Paul Sartre (1905-1980).
Puis pour finir, la nouvelle intitulée « Visite à un arbre » est d’Erri de Luca, écrivain napolitain né en 1950, alpiniste chevronné et altermondialiste.

Les lectures terminées, Francis Hallé fait part de son sentiment : il ne s’agit pas d’arbres imaginaires mais bien d’arbres concrets. Il les connait.

Yves Caraglio a apprécié la dimension spirituelle : c’est quasiment la définition de l’arbre. Il aime le symbole des racines jusqu’au ciel qui marque la longévité.

A l’issue de ces deux interventions passionnantes, Francis Hallé a dédicacé avec gentillesse ses ouvrages en vente sur place grâce à un dépôt de la librairie Sauramps. Il a même orné quelques uns de ses livres avec un joli dessin.

Francis Hallé a dédicacé avec gentillesse ses ouvrages en vente sur place grâce à un dépôt de la librairie Sauramps.

Nous remercions chaleureusement tous les intervenants et les participants qui ont permis de fêter les 10 ans de l’A.R.B.R.E

——————————————————————————————————————————
Régine Paris avec la relecture attentive d’Yves Caraglio pour la partie scientifique.

Rejoignez 62 autres abonnés