Archives du blog

Sortie ornithologique

Samedi 11 mai 2019

La plaine agricole de Beaulieu

Les oiseaux de la plaine de Beaulieu ont eu un franc succès samedi 11 mai avec quelques 35 adultes et 7 enfants qui se sont retrouvé à 7h30 à l’ancienne station de levage pour une promenade silencieuse.  Un départ matinal ne les a pas découragés. Equipés de six longues-vues et de jumelles, sous la conduite de Karline Martorell, ornithologue, et d’Yves Caraglio, botaniste et bénévole de l’association ARBRE, grands et petits marcheurs ont tendu l’oreille –les deux quand c’était possible- pour tenter de reconnaître nos amis chanteurs. C’est le Rossignol philomèleque l’on reconnait d’emblée même s’il refuse de se montrer. Il nous accompagnera tout au long de cette balade.

La plaine héberge 6 à 8 outardes canepetières. En tant qu’espèce menacée elles font l’objet d’un programme de conservation au niveau national. Chemin faisant Yves réussira à en photographier une avec une proie dans le bec. Nous en verrons trois en vol, une femelle et deux mâles. Difficile dans ces conditions de les observer à la lunette. Pour effectuer tout son cycle biologique, cette espèce a besoin d’une mosaïque de milieux agricoles alternant friche ou pâtures, luzerne et colza.

Karline nous signale deux coucous geais, cet oiseau bien connu pour pondre dans le nid des autres et notamment dans les nids de Pie bavarde tout en abandonnant leur progéniture… Puis c’est le chant de l’Hypolaïs polyglotte qui se montrera un peu plus tard et qui nous accompagnera pour le reste de la balade.

Hypolais-polyglotte (©Yves Caraglio)

Karline nous indique que 80% des oiseaux sont identifiés à leur chant faute de pouvoir les voir de près. Aussi elle n’hésitera pas à nous les montrer sur le guide ornithologique qui ne la quitte pas.

Si on a l’oreille un peu exercée on peut reconnaître le chant de la Caille des blés qui se cache bien dans les champs.
Des pigeons ramiers sauvages passent dans le ciel. On peut en voir un à la lunette.

Tentative de Karline de nous faire entendre sur son mobile le chant du Loriot d’Europe en espérant qu’un vrai lui répondra. Présence aussi d’un mâle de Pie-grièche écorcheur, en halte migratoire, observée dans une vigne. Cet oiseau est connu pour empaler ses proies sur des buissons épineux, d’où son nom d’écorcheur.Bien haut dans le ciel passage d’un Faucon crécerelle, le plus commun des faucons, qui vit dans les vieilles bâtisses. Puis c’est au tour d’une Buse variable en vol qu’Yves arrive à photographier. Son envergure peut atteindre 1,10 m à 1,30 m.

Buse variable (©Yves Caraglio)

A la lunette nous pouvons voir le Bruant proyer qui possède une petite dent au niveau de la mandibule supérieure, bien visible lorsqu’il chante. Ce Bruant est fréquent en milieu agricole.

On entend aussi les martinets noirs et on distingue un Héron garde-bœufs au plumage nuptial en vol. Nous avons également pu entendre une Locustelle tachetée, chantant dans les fourrés. Celle-ci n’est présente qu’en halte migratoire et repartira très certainement dans les prochains jours.  

Héron-garde-boeuf (©Yves Caraglio)

Présent aussi dans la plaine le Circaète Jean-le-blanc, de couleur claire avec une tête marron. C’est un rapace et son régime alimentaire est principalement constitué reptiles et plus particulièrement de serpents.

Circaète-Jean-le-Blanc (©Yves Caraglio)

A la fin de cette promenade printanière d’un peu plus de deux heures, Karline nous montre quelques jolies plumes ramassées au sol comme celles très colorées du Loriot d’Europe ou du Rollier d’Europe.

Compte tenu du succès de cette sortie, deux balades seront programmées la prochaine fois.

Merci à Karline pour toutes les informations fournies. Il ne nous reste qu’à tendre l’oreille et à ouvrir grands les yeux. C’est pas gagné mais on peut toujours essayer.


Régine Paris
Relue par Karline Martorell et Yves Caraglio

Sortie observer les oiseaux

Dimanche 1er juillet 2018

La plaine de Beaulieu-Restinclières-Saussines

Répondant à l’invitation de l’association Restinclières Beaulieu pour le Respect de l’Environnement (A.R.B.R.E) 20 personnes dont 4 jeunes ont retrouvé Karline Martorell (Ornithologue/Herpétologue) qui a conduit la sortie ornithologique dans la plaine pour observer les oiseaux.

La sortie devait avoir lieu plus tôt dans la saison mais les conditions météorologiques nous ont contraint de différer. Aussi, ce dimanche 1er juillet à 17h n’était pas le moment le plus propice. Néanmoins nous avons pu nous instruire tout en observant et écoutant quelques oiseaux.

Pour commencer nous avons observé une Pie-grièche à tête rousse perchée en haut d’un arbre. . Il s’agit d’une espèce protégée à fort enjeu en région (espèce assez sensible).

pie grièche à tête rousse

Toujours très difficile à voir, le Rossignol philomène fait entendre son chant dans un bosquet le long du ruisseau la Gendarme.

Perché sur le dos d’un cheval dans un pré, nous observons le Héron garde-bœufs. Il arbore son plumage nuptial ; des plumes orangées sur la tête, le dos et la poitrine. Son bec est jaune et ses pattes rougeâtres. En plumage d’hiver, son plumage deviendra entièrement blanc.

Capture d_écran 2018-07-02 à 10.41.29

héron garde-bœufs (image fond d’écran libre de droit)

Dans un bosquet de frênes nous entendons un Loriot d’Europe avant de le voir surgir en vol ondulé, révélant brièvement son plumage jaune et noir.

Loriot d'Europe Oriolus oriolus Eurasian Golden Oriole

Écouter le chant du Loriot d’Europe

Dans le ciel quelques Pigeons domestiques nous survolent puis très haut nous observons un vol de Mouettes mélanocéphales. Ces dernières ont la tête noire et se distinguent en vol de la mouette rieuse par l’absence de noir au bout des ailes.

Nous observons le passage de Martinets noirs puis de Moineaux domestiques puis, planant sur les champs une Buse variable cherche probablement une proie (petits mammifères, reptiles batraciens, insectes).

Le chant mélodieux de la fauvette se fait entendre au fil de la balade.

Habitué des zones agricoles, en particulier les pâtures et les champs de céréales, un Bruant proyer posé sur un arbre se laisse observer. Son bec est court et conique, adapté à un régime alimentaire principalement composé de graines. Son plumage est relativement terne et présente peu de différences entre la femelle et le mâle.

Avec nos longues-vues, nous parvenons à localiser un Tarier pâtre, un petit passereau caractérisé par un cou blanc et la poitrine orangée

Sur un le sommet d’un pilonne un Moineau se régale, une cigale dans le bec. Une Tourterelle turque fait une pause sur un fil électrique.

Plusieurs fois entendue mais très difficile à voir une Outarde canepetière chemine dans une vigne au pied des oliviers.

Pour terminer la sortie, Karline nous monte quelques plumes d’oiseaux : les nuances de bleu des plumes du Rollier, le jaune et noir des plumes du Loriot d’Europe, les plumes blanches et noires finement dessinées de l’Outarde canepetière et les plumes duveteuses de rapaces nocturnes (Effraie des clochers et Hibou moyen-duc) qui leur permettent de voler en faisant le moins de bruit possible.

Bientôt 19h30, la balade s’achève, il fait chaud et l’activité des oiseaux diminue. Tout le monde s’accorde pour dire que l’année prochaine il faudra se donner rendez-vous plus tôt dans la saison et plus tôt dans la journée, avant les fortes chaleurs.


Catherine Fels
Relue par Karline Martorell et Yves Caraglio

 

Sortie ornithologique

Sortie nature du samedi 6 mai 2017

Après les pluies de la matinée, nous profitons de l’éclaircie ensoleillée de l’après-midi pour nous retrouver -15 adultes et 5 enfants- au quai de vendanges dans la plaine où nous garons les voitures.

1 - C'est parti...

Equipés de jumelles et de deux lunettes, nous cheminons dans la plaine de Beaulieu à l’écoute de nos petits amis, les oiseaux. Yves Caraglio nous guide et nous tentons d’identifier les chanteurs. D’abord dame fauvette (une mélanocéphale) occupée peut-être à préparer son nid puis le chant du chardonneret dont la population diminue.

6 - A la recherche de l'outarde canepetière

Le nez vers le ciel nous suivons les circonvolutions d’une buse reconnaissable à ses ailes barrées de deux bandes blanches et cernées de noir puis deux milans noirs.

Une hirondelle de cheminée volette dans l’azur, à distinguer de l’hirondelle de fenêtre et de l’hirondelle de rocher à ses deux grandes queues.

On entend très distinctement –les oreilles tous pavillons dressés- le chant limpide du loriot jaune et noir, petit hôte discret : on l’entend plus souvent qu’on ne le voit. Le rossignol est également de la partie.

Le coucou geai nous fait l’amabilité de se poser sur un arbuste pour nous permettre de l’observer avec la lunette. C’est un très bel oiseau migrateur, de retour d’Afrique et qui parasite les nids des pies, des corneilles et des geais.

Le ciel s’anime avec les choucas des tours.

Nous revoyons le coucou geai particulièrement bien disposé qui prend la pose sur un piquet. En revanche une voire deux outardes canepetières jouent à cache-cache Nous tenterons de les débusquer à distance. Elles ne laisseront affleurer que leur tête se cachant derrière les hautes herbes. Yves nous précise qu’on évalue à 40 le nombre de couples présents dans le département de l’Hérault dont 6 dans la plaine de Beaulieu.

Chemin faisant nous apercevrons des tourterelles et des pies.
La cisticole des joncs entonnera une mélopée sans nous montrer son joli petit nid.
Près d’un abri à chevaux, trois goélands leucophée paressent dans un champ.

Quelques étourneaux concluront cette agréable balade. Il est 19 heures.
Rendez-vous est pris pour la sortie faune le samedi 17 juin prochain.


Régine Paris avec la relecture attentive d’Yves Caraglio.

Sortie nature

Sortie ornithologique
du samedi 4 juin 2016

Sous la conduite aimable d’Yves Caraglio et de bénévoles d’A.R.B.R.E, 14 adultes et 4 enfants ont pu découvrir quelques oiseaux survolant la plaine de Beaulieu propice à l’accueil d’oiseaux migrateurs.
Chemin faisant nous avons pu entendre la cisticole des joncs, le rossignol et rencontrer le héron garde-boeuf. Yves s’emploie à faire la distinction entre le martinet et l’hirondelle. Grâce au matériel d’observation apporté par Yves et Jean-Paul nous avons pu observer le bruant proyer puis le tarier pâtre avec sa poitrine marron et orange : si le mâle est tout en couleur, la femelle se montre discrète pour se protéger des prédateurs. On peut apercevoir aussi des guêpiers qui se nourrissent principalement d’insectes volant comme des guêpes –d’où leur nom- d’abeilles et de frelons.

De gros nuages noirs nous découragent d’aller plus avant, bien que l’on aperçoive le faucon crécerelle et la sterne de hansel appelée aussi « hirondelle de mer ». Quelques participants prennent congé.
Le reste de la troupe part à la recherche d’une espèce rare, l’outarde. Seul le mâle daigne se montrer. Quel bel et grand oiseau ! Sa compagne couve les œufs en ce moment. Un autre bel oiseau –le loriot – un mâle au plumage contrasté jaune vif et noir nous récompense de notre patience.

Merci à Yves et à Jean-Paul qui ont organisé cette sortie.

Régine Paris

 

Sortie nature

Samedi 4 juin 2016
de 16h à 18h

L’A.R.B.R.E vous convie à une sortie nature pour observer les oiseaux.

Comme en 2015, Yves nous propose d’observer les oiseaux et les insectes dans la plaine de Beaulieu – Restinclières – Saussines.

oiseau

Lieu de rendez-vous  ici sur le plan Google Maps soit pour les GPS 43.7342550, 4.0279340
(quai à vendange, en face de l’ancienne station de lagunage de Beaulieu).

Nous nous rendrons ensuite en voiture, jusqu’au lieu d’observation situé à quelques kilomètres.

Pour la bonne organisation merci de confirmer votre participation et d’être à l’heure pour ne pas manquer le départ.

Cette sortie est gratuite pour tous les adhérents. Il sera demandé une contribution de 5€ par personne pour les non adhérents.

Sortie nocturne

Résumé et photos

Quelques chants d’oiseaux ont remplacé le concert de grenouilles

groupeIl faisait encore jour samedi soir quand le groupe d’une trentaine d’adultes et sept enfants a pris le Chemin des Carrières de Beaulieu en compagnie de deux spécialistes pour aller à la rencontre des batraciens et des oiseaux nocturnes.
Conviés à cette sortie par l’Association ARBRE et la municipalité, ces amoureux de la nature ont bravé le froid d’une soirée fort peu printanière, équipés de torches, lampes frontales, jumelles et quelques filets. À l’approche de la carrière du Génie, le silence était presque total – aucun concert de grenouilles, à peine un bruissement de feuilles agitées par la brise et les trilles d’un rossignol dans un peuplier.

batracien 2Les mares, asséchées depuis peu (certains y avaient vu de l’eau cinq jours auparavant), abritaient encore quelques jeunes crapauds dissimulés sous des pierres. Que sont devenus les innombrables têtards qui frétillaient au fond depuis près d’un mois ?
Jérémy Jalabert, accompagnateur bénévole et spécialiste des batraciens, affirme que tous ne sont pas morts ; selon les espèces, certains ont eu le temps d’atteindre une taille suffisante pour aller grandir dans la nature environnante mais la reproduction de plusieurs autres est compromise par la sécheresse.

batracien 3Un minuscule pélodyte ponctué, sorti de sa cachette et brandi sur le bout de l’index, fait la joie des enfants ébahis avant d’être délicatement replacé sous une pierre.

 

 

Entre temps, le crépuscule a assombri les bois et quelques cris d’oiseaux nocturnes se font entendre. Karline Martorell, ornithologue, présente sur son portable quelques applications permettant de les reconnaître et fournit des explications détaillées sur les espèces présentes dans les carrières de Beaulieu : petit-duc scops, rossignol philomèle, engoulevent d’Europe – mais la nuit déjà tombée ne permet pas de les apercevoir.

Sur le chemin du retour, jérémy découvre un jeune représentant d’une espèce endémique qui traverse le sentier en sautillant – un simple crapaud de deux ou trois ans, avec ses gros yeux orange. Le triton palmé et le marbré, ou encore le crapaud calamite, qui fréquentent pourtant les carrières, ne se sont pas montrés ce soir-là mais la promenade était toutefois bien enrichissante, grâce aux commentaires appréciés des jeunes accompagnateurs.

batracien 1

L’article de référence