Archives du blog

Animation Enfants

6e édition Regards Croisés
Des insectes et des plantes

Mercredi 14 novembre 2018

Autour des abeilles et du miel

Dans le cadre de son « Regards croisés » annuel autour du thème cette année des insectes et des plantes, l’association ARBRE a organisé deux ateliers –le matin à Beaulieu, l’après-midi à Restinclières- destinés à des enfants âgés de 6 à 10 ans,  sur inscription préalable.

19 enfants (11 le matin et 8 l’après-midi) ont répondu présents avec pour quelques-uns le souvenir de l’atelier tapenade de l’an dernier.

En première partie, M. Almès, apiculteur à Saint-Drézéry, fait une démonstration de son savoir- faire. Les enfants découvrent dans une ruche vitrée les abeilles au travail avec de surcroît la présence d’une reine marquée d’un point jaune sur le thorax. A ce propos M. Almès indique qu’il existe trois castes d’abeilles :

  • Les reines : elles assurent seules la ponte
  • Les mâles : ils sont chargés de la reproduction au printemps. Ils se baladent de ruche en ruche et meurent tous la même nuit au début de la mauvaise saison.
  • Les ouvrières, très nombreuses, sont de sacrées travailleuses : elles assurent le nettoyage de la ruche, la fabrication de la cire, la récolte de l’eau, du pollen et du nectar, le gardiennage…

Les enfants sont subjugués par l’activité incessante et le bourdonnement des abeilles présentes sur le cadre de la ruche vitrée. D’habitude elles vivent dans l’obscurité de la ruche. Dans une colonie d’abeilles 1000 meurent chaque jour. Il y a donc un grand renouvellement.

Selon le type de miel que l’on veut obtenir, les ruches sont transhumées dans différentes régions, sur des terrains mis à disposition par des propriétaires qui reçoivent en contrepartie quelques pots de miel : dans la région de Toulouse pour le miel de tournesol, en Haute-Provence pour le miel de lavande, dans les Cévennes pour le miel de châtaignier et le Larzac pour le miel de thym. A ce propos, M. Almès rappelle aux enfants qu’en cas d’attaque des abeilles il vaut mieux se sauver que chercher à se défendre. En règle générale  les abeilles ne sont pas agressives si on ne les embête pas.

Les abeilles butinent dans un espace de 3 km, voire jusqu’à 6 km. Elles recherchent le nectar des fleurs qui servira à fabriquer le miel. Elles préviennent les copines, nous dit M. Almès, au moyen de danses, de vibrations et d’odeurs. En allant de fleur en fleur elles assurent la pollinisation des plantes et sont ainsi très utiles.

Elles se nourrissent de miel –pour l’énergie- et de pollen –pour grandir- mais actuellement la raréfaction des ressources de nourriture oblige parfois quand l’hiver est arrivé à leur apporter des compléments alimentaires.

  1. Almès montre aux enfants le matériel nécessaire à l’apiculteur pour, au moment de recueillir le miel dans la ruche, se protéger des piqûres d’abeilles : le port d’une combinaison, d’un voile pour la tête et de gants ainsi que l’utilisation d’un enfumoir. L’enfumage supprime les odeurs qui permettent aux abeilles de communiquer entre elles et de structurer la colonie. Au plus fort de la saison, une ruche peut contenir jusqu’à 60 000 abeilles contre 30 000 habituellement.

L’apiculteur procède ensuite à la dégustation de différents miels qu’il offre aux enfants, du plus doux au plus fort. Ils se régalent tous avec le miel de tournesol, le miel du Larzac toutes fleurs, le miel de lavande délicatement parfumé et pour terminer le miel de châtaignier au goût plus marqué. M. Almes explique que la cristallisation du miel est normale et naturelle et assure une meilleure conservation.

~~~

Dans un second temps et toujours en présence des abeilles en démonstration, les deux  animatrices de L’Effet Gomasio prennent en charge les enfants autour d’une grande table garnie de plantes aromatiques et de fruits séchés. On passe à la pratique avec l’atelier cuisine pour confectionner deux samosas et une barre de céréales.

Pour le premier samosa, chaque enfant reçoit une demi-feuille de brick et un bol contenant un mélange à base de carottes rapées mi cuites, de fromage de brebis  frais et biologique et du miel.

La séance pliage peut commencer : après avoir déposé une bonne cuiller à café du mélange carottes-brebis-miel sur le coin gauche de la demi-feuille de brick pliée en deux, on forme le premier triangle puis le second et ainsi de suite (cf. pliage sur Internet). Les samosas sont ensuite déposés sur une plaque huilée (huile de tournesol) et mis au four préalablement chauffé pour la cuisson pendant 10 à 15 minutes. Chaque enfant récupère son samosa après cuisson.

Pour le second samosa, les enfants ajoutent au mélange de base carottes-brebis-miel, à leur guise et après les avoir goûtés le cas échéant, quelques extraits des plantes aromatiques fraîches et/ou séchées mises à disposition : fenouil, sauge, cumin, origan, estragon, aneth, menthe, basilic, graines de césame…

La seconde recette réalisée par les enfants concerne le flapjack ou barre de céréales énergétique.  Par groupe de deux, les enfants vont mélanger 200g de flocons d’avoine dans un saladier avec 100g de beurre fondu, une cuiller à soupe de miel des Cévennes, une cuiller à soupe de sirop d’agave. A leur choix ils pourront ajouter les fruits séchés rapés à disposition : noisettes, pommes séchées, coco rapé, amande, raisins secs, banane séchée, chocolat noir … La préparation terminée, ils la verseront dans des fonds de tarte individuels qui seront disposés dans le four chaud pendant 10 à 15 minutes.

À midi, chaque enfant part avec ses petites préparations qu’il pourra faire goûter à sa famille et amis. Les ateliers se sont déroulés dans une bonne ambiance. Les enfants ont été attentifs aux consignes qui leur étaient données et les plus timides marmitons se sont bien intégrés au groupe.

Rendez-vous l’année prochaine pour de nouvelles découvertes culinaires.

Merci à M. Almès qui nous a fait partager sa passion pour les abeilles et à L’Effet Gomasio pour sa prise en charge gourmande des petits marmitons d’un jour.

________________________________
Compte-rendu de Régine Paris