Archives du blog

Regards croisés 2021

🌳 SOIRÉE DÉBAT

Samedi 11 décembre 2021 à 18h – Salle du Pic Saint-Loup

La salle du Pic Saint-Loup mise à disposition par la commune est au maximum de son occupation avec un peu plus de 100 personnes accueillies pour fêter les 10 ans de l’association A.R.B.R.E (Association Restinclières Beaulieu pour le Respect de l’Environnement). 

En introduction, Jacqueline Taillandier, présidente de l’association, rappelle brièvement l’historique, les objectifs et les activités poursuivis depuis dix ans par l’ARBRE : animations par des spécialistes dans les écoles des deux communes, sorties botaniques, géologiques, ornithologiques et batraciens, plantations d’espèces méditerranéennes dans les deux parcs botaniques à l’occasion des naissances, création d’un sentier botanique dans les carrières de Beaulieu, conférences-débats, déplacements doux. 

Yves Caraglio, botaniste et chercheur au CIRAD, référent scientifique de l’association, présente les deux intervenants de la soirée : Francis Hallé,  professeur émérite de botanique à l’Université de Montpellier et Pierre Mirallès qui aura une approche littéraire, assistée d’Odile Sirlin, professeure agrégée de Sciences de la vie et de la terre (SVT) au lycée Georges Pompidou de Castelnau-le-Lez.

Francis Hallé prend la parole après avoir préparé quelques dessins sur un tableau à feuilles multiples. Il rappelle qu’il étudie depuis longtemps les arbres. Un arbre n’est pas un « individu ». On en parle parfois comme un « sujet ». On devrait dire tout simplement « un arbre ». Si les humains sont indivisibles, ce n’est pas le cas de l’arbre. On peut le couper en plusieurs morceaux, ses racines lui permettront de repartir. Ce n’est donc pas un individu.

Nous avons chacun un génome que l’on retrouve dans tous nos organes. Chez l’arbre il y a des milliers de génomes.

Un arbre « unitaire » c’est un tronc et des branches comme un sapin, un épicéa. L’arbre est très ancien. Les paléobotanistes connaissent bien les arbres et particulièrement les arbres unitaires. 

Un grand arbre est riche de plusieurs centaines de milliers de génomes différents[1].

Les racines ne sont pas que souterraines. Francis Hallé fait circuler un tronc porteur. Si on retire les tissus, on trouve des racines[2].

Dans nos régions on distingue le tronc des réitérations aériennes et souterraines qui forment des colonies. Le bois juvénile fragile recouvre le bois de cœur adulte.  On passe au stade « coloniaire ».

[2] Ce phénomène correspond au raccordement vasculaire et à la mise en place du bois, chez certaines espèces, quand une nouvelle tige se met en place sur une axe beaucoup plus âgé ce raccordement est très en relief.

[1] Des mutations somatiques se forment lors de la mise en place de nouvelles branches mais avec des taux très faibles, pour en savoir plus : https://journals.plos.org/plosbiology/article?id=10.1371/journal.pbio.3000191


L’essentiel des arbres est fait de racines. Sur un grand chêne, les branches maîtresses constituent les troncs de réitération.

Francis Hallé a observé des choses pittoresques dans les arbres qu’il a étudiés. A titre d’exemples :

– Un petit arbre du Cameroun qui atteint 10 m de hauteur pousse à l’ombre. Des fleurs sortent du sol. Il s’agit d’inflorescences souterraines qui partent de la base du tronc. Il a été surpris par cette plante. Qui la pollinise ? Il n’a pas vu d’insectes. Et pourtant, il y avait des fruits jaunes et ronds.
– Un arbre « qui marche » et se déplace de 4 à 5 mètres par an : c’est le palétuvier. Une branche ou réitération devient autonome. Ça pousse d’un côté et ça meurt de l’autre côté. Ça part en étoile du pied d’origine qui ne bouge pas. Cela contredit l’idée qu’un arbre ne marche pas.

De même nous avons quantité d’herbes au sol et nous ignorons que leurs ancêtres étaient des arbres de la forêt tropicale. A titre d’exemples :

– la violette provient du Leonia,
– des graminées (avoine…) ont pour origine les bambous tropicaux,
– la pâquerette a pour cousin un arbre de 40 mètres de haut à Madagascar, exploité pour son bois,
– l’ortie urticante appartient à la famille du Mussanga ou du Cecropia. Il s’agit là d’arbres pionniers comme le parasolier. Les ancêtres tropicaux ne piquent pas. Ils sont creux et hébergent des fourmis type « aztéca », c’est pire que les poils urticants de l’ortie !

Fourmi du genre Azteca sortant de la tige du Cecropia

Ainsi les ancêtres des forêts tropicales se sont-ils acheminés vers le nord et le sud et se sont transformés en herbes. De nombreux exemples sont présentés par Francis Hallé montrant la tendance à la miniaturisation des organismes tempérés en regard des représentants tropicaux.

Dans la famille des Myosotis, les Boraginacées, on trouve de très grands arbres tropicaux comme les Cordia ou encore dans la famille de la garance, les Rubiacées, les Chimarrhis d’Amazonie forment des arbres immenses.

A gauche, jeune Cordia en croissance. A droite, Chimarrhis adulte.

A la question du public concernant la recommandation populaire de ne pas s’endormir à l’ombre d’un noyer, Francis Hallé parle d’obscurantisme qui peut parfois devenir la vérité mais pas dans le cas du noyer. [3]


[3] – Cet ombrage est, tout simplement, déconseillé à cause d’un produit toxique qui émane des feuilles (surtout après la pluie ou quand il fait fort humide) ; la juglandone, toxine fabriquée par les feuilles et les racines de l’arbre, qui joue le rôle de désherbant au pied des noyers en inhibant la pousse des herbes peut être néfaste à la santé si l’exposition est trop longue.


Reprenant son propos sur les génomes, il indique que les fruits de l’arbre ont des génomes différents de la graine dont ils sont issus comme chez les humains[4]. Un arbre peut vivre longtemps, 43 000 ans et même 80 000 ans comme l’a démontré une découverte récente avec le clone d’un peuplier. Cela donne un brin d’optimisme.

En réponse à la question d’un auditeur sur l’entretien de la base d’un arbre, Francis Hallé recommande de « ne rien faire ». Il faut « foutre la paix » aux plantes. Labourer autour de l’arbre empêche le sol de se rafraîchir, modifie la vie biologique du sol et surtout sectionne les racines. Il reconnaît que c’est difficile pour l’homme de ne rien faire.

Il évoque ensuite le projet de création d’une forêt primaire dans le cadre d’une association qui s’est créée dans ce but. Les recherches d’un lieu se poursuivent après des approches dans les Vosges et les Ardennes françaises et belges.  Un déplacement dans les Pyrénées orientales est programmé. Pour le moment le choix n’est pas fait. Cela intéresse beaucoup de gens surtout les jeunes. La libre évolution doit favoriser la renaissance. Il ne faut rien faire. Cela est source parfois de conflits avec les chasseurs et certains forestiers qui n’ont pas les bases de l’écologie. 

A la question sur le délai nécessaire pour créer cette forêt primaire, il avance 6 à 7 siècles sans rien faire mais tout dépend de l’âge de la forêt. Les visites seront autorisées et même encouragées.

Il évoque une forêt primaire en Pologne, admirée dans le monde entier et qui est actuellement menacée par certaines décisions gouvernementales.

Concernant les dangers qui menacent les forêts en général, il indique que les forêts primaires ne craignent pas les incendies car les grands arbres attirent la pluie.

En réponse à une question sur Madère, il considère qu’on ne peut pas parler de forêts primaires dans cette île dépourvue de grands mammifères sauvages.

Le Regard croisé se poursuit avec l’intervention de Pierre Mirallès qui nous propose de passer des arbres réels aux arbres imaginaires des textes littéraires. Au départ de sa réflexion il y eut la recherche de textes évocateurs de paysages. L’arbre occupant une part importante de ses trouvailles, Yves Caraglio lui a proposé de nous faire profiter de son recueil de textes sur les arbres. Cinq extraits d’œuvres littéraires et une nouvelle seront lus par Odile Sirlin.

[4] C’est le principe général de la reproduction sexuée qui favorise le brassage des gènes. L’arbre a une variabilité qui lui permet de s’adapter au changement climatique, il régule son fonctionnement en fonction des conditions du milieu et de son aptitude génétique : c’est la plasticité phénotypique


L’intervenant rappelle la connivence naturelle de l’arbre avec le papier qui en est issu. Le mot latin «liber» désigne à la fois le livre et la partie de l’arbre qui guide la sève. On parle aussi de la feuille de l’arbre et de la feuille du livre.

Ce qui inspire les écrivains chez l’arbre c’est sa station debout/verticale qui le rend proche de l’homme et crée une empathie. Il peut projeter ses sentiments. 

L’arbre n’est pas une figure centrale de la littérature mais elle se rencontre assez souvent chez les écrivains de la fin du XIXème et du début du XXème siècle. Il joue le rôle d’un décor, d’une pièce accessoire d’une intrigue, d’un personnage principal ou secondaire. 

Pierre Mirallès nous propose une grille de lecture à partir de plusieurs oppositions et du passage du monde sensible/naturel au monde spirituel. L’arbre est ainsi à la fois, un morceau de nature et une figure de l’imagination ambivalente source de sentiments opposés. Il part de l’archétype hortus (le jardin) et sylva (la forêt). 

L’hortus = jardin, est la partie proche de la maison et répond à des besoins et à des désirs. Les arbres sont connus individuellement. C’est le côté maternel de l’arbre. Les écrivains parlent de « mère nature » avec son caractère nourricier (les fruits, champignons, œufs…). C’est un refuge pour les animaux et les humains, les enfants construisent des cabanes (cf. Le Baron perché d’Italo Calvino). Il a un aspect consolateur, c’est un ami, un confident.

Côté « sylva » = la forêt. Le mot évoque le monde sauvage dans lequel l’homme intervient épisodiquement. C’est une foule indifférenciée. L’arbre s’oppose à l’humain. Il peut être étrange, hostile, menaçant et même maléfique avec le passage du naturel au surnaturel. Il y a perte des repères habituels. La forêt c’est aussi le refuge des bêtes féroces -le loup par exemple (cf. Le Petit chaperon rouge et les fables de La Fontaine) –  et des humains peu recommandables (le charbonnier, la sorcière…) Elle peut se présenter comme une armée en campagne et la forêt a l’air de marcher (cf. Les écrivains anglo-saxons -Tolkien Le Seigneur des anneaux-, Macbeth de Shakespeare). L’arbre creux évoque les mondes surnaturels. Seuls le fer et le feu pourront le dominer. 

Depuis 30 ou 40 ans on assiste à un renversement : c’est la forêt qui est menacée par l’homme. Elle devient un espace de liberté, un poumon vert à proximité des grandes villes et répond au besoin de protection des activités humaines. Cf. Jean Giono L’Homme qui plantait des arbres.

On passe ensuite à la dimension spirituelle de l’arbre :

– Trait d’union entre la terre et le ciel symbolisé par le passage de la terre  (les racines) au ciel (le feuillage), le tronc reliant les deux. Cette image renvoie au sacré. On trouve beaucoup de textes poétiques qui utilisent la colonne d’un temple figurant le caractère sacré dans beaucoup de religions. On parle de l’arbre de vie/arbre de la connaissance dans la Genèse, de bois sacré…
– Sa robustesse synonyme de puissance renvoie à la  sagesse et à l’impartialité quelles que soient les circonstances : Louis IX (Saint-Louis) rendait la justice sous un chêne. Ce caractère l’oppose au nomadisme, à la violence. L’arbre est symbole de paix.

Pierre Mirallès prend la précaution de nuancer cet imaginaire qui est variable en fonction de l’époque, du lieu, de la culture. Ainsi dans les textes littéraires, les arbres jouent plusieurs rôles. C’est une approche polysémique qu’il nous propose. On retrouve les approches préférentielles suivantes :
– le cyprès : l’éternité, la permanence
– le sapin : la sacralité
– le chêne : la robustesse.

Il ne faut pas oublier la dimension esthétique des arbres : effets de lumière, chant des oiseaux, parfums qui produisent des effets sensibles et esthétiques.

Lecture par Odile Sirlin des cinq extraits suivants et d’une nouvelle intégrale :

– Les Sapins, extrait d’Alcools – 1913 – de Guillaume Apollinaire, précurseur des surréalistes.
– Un extrait du Petit traité sur l’immensité du monde (2005) de l’écrivain voyageur Sylvain Tesson. Un éloge du nomadisme.
– Un extrait de La Nausée (1938) de Jean-Paul Sartre (1905-1980).
Puis pour finir, la nouvelle intitulée « Visite à un arbre » est d’Erri de Luca, écrivain napolitain né en 1950, alpiniste chevronné et altermondialiste.

Les lectures terminées, Francis Hallé fait part de son sentiment : il ne s’agit pas d’arbres imaginaires mais bien d’arbres concrets. Il les connait.

Yves Caraglio a apprécié la dimension spirituelle : c’est quasiment la définition de l’arbre. Il aime le symbole des racines jusqu’au ciel qui marque la longévité.

A l’issue de ces deux interventions passionnantes, Francis Hallé a dédicacé avec gentillesse ses ouvrages en vente sur place grâce à un dépôt de la librairie Sauramps. Il a même orné quelques uns de ses livres avec un joli dessin.

Francis Hallé a dédicacé avec gentillesse ses ouvrages en vente sur place grâce à un dépôt de la librairie Sauramps.

Nous remercions chaleureusement tous les intervenants et les participants qui ont permis de fêter les 10 ans de l’A.R.B.R.E

——————————————————————————————————————————
Régine Paris avec la relecture attentive d’Yves Caraglio pour la partie scientifique.

Rejoignez 70 autres abonnés

Regards croisés 2021

L’arbre dans tous ses états

Du 6 au 11 décembre

Cette année, pour les 10 ans de l’A.R.B.R.E, la 9ème édition de « Regards Croisés » clôture une année sur la thématique de l’arbre, et vous propose une semaine d’animations du lundi 6 au samedi 11 décembre 2021 : « L’arbre dans tous ses états ».


🌳 EXPOSITIONS

Toute la semaine à partir du lundi 6 décembre une exposition sera installée dans les écoles primaires et dans les bibliothèques de Beaulieu et de Restinclières.
Ainsi le travail des enfants réalisé durant les animations proposées par l’association sera exposé aux côtés des ressources prêtées par la Maison Départementale de l’Environnement (MDE).
Le public pourra également découvrir dans chacune des bibliothèques des villages une sélection de lectures appropriées.


🪵 ATELIER « ÉCORCES ET BOIS »

Mercredi 8 décembre les enfants de Beaulieu et Restinclières pourront s’inscrire sur l’un des quatre créneaux horaires proposés pour l’atelier « Écorces et bois » animé par Marc Brizio dans la salle municipale de l’espace fête de Restinclières.

Réservez l’atelier pour votre enfant – Inscriptions en ligne

📎 MATIN📎 APRÈS-MIDI
RÉSERVER CE CRÉNEAU
10 h / 11 h
RÉSERVER CE CRÉNEAU
14 h – 15 h
RÉSERVER CE CRÉNEAU
11 h / 12 h
RÉSERVER CE CRÉNEAU
15 h – 16 h

🔎 Marc Brizio
Ingénieur en sciences et technologies de l’eau, Marc Brizio partagera ses compétences dans le domaine de l’environnement au travers de cet atelier « Écorces et bois » avec du matériel mis à disposition par l’association.


🌳 SOIRÉE DÉBAT

Samedi 11 décembre à 18 h à la salle du Pic Saint-Loup (ancienne cave coopérative) la soirée débat « L’arbre dans tous ses états » aura comme invités le botaniste Francis Hallé, et l’écrivain Pierre Miralles.

🔎 Francis Hallé
Professeur à l’Université de Montpellier durant une trentaine d’années, Francis Hallé est un botaniste et un tropicaliste qui continue de faire découvrir la beauté et les mystères des plantes et des forêts tropicales. Au cours de sa carrière scientifique, il a mis en place les concepts de l’architecture végétale pour mieux appréhender les arbres et l’écologie des forêts tropicales. Combattant inlassable de la déforestation, il n’a cessé de mettre en place des actions pour la sauvegarde des forêts primaires.
www.foretprimaire-francishalle.org

🔎 Pierre Miralles
Au terme d’une carrière de cadre et de dirigeant dans l’informatique et les télécommunications, puis d’enseignant en sciences de gestion, Pierre Mirallès se consacre désormais à ses vraies passions : la gastronomie, les voyages et la littérature. Il est notamment l’auteur de six ouvrages, dont deux récits de voyages publiés aux éditions l’Harmattan.

La causerie-lecture proposée a pour thème : L’arbre dans la littérature. On tâchera de repérer les principaux rôles que les écrivains font jouer aux arbres dans leurs œuvres, notamment de fiction. Ce bref exposé sera suivi par la lecture de six textes d’auteurs célèbres. Les lectures seront faites par Odile Sirlin, professeure agrégée de SVT au lycée Georges Pompidou.

⚠️ Nous vous conseillons de vous garer sur le parking des commerces, ou sur celui des écoles, à partir desquels nous aurons fait un fléchage pour se rendre à pied à la salle du Pic Saint-Loup.


L’entrée se fera dans le respect des mesures sanitaires applicables à cette date.

Rejoignez 70 autres abonnés

Regards croisés sur l’eau

La richesse et les caprices de l’eau

Comptes-rendus de l’atelier jeune et de la conférence / débat

Vous trouverez très prochainement ici le compte-rendu de l’atelier jeune du mercredi 5 mai à Restinclières animé par Ludovic Cases du Symbo (syndicat mixte du bassin de l’Or) , et le compte-rendu de la conférence / débat qui a eu lieu à Beaulieu le samedi 8 mai 2021 animée par Frédéric Léone, géographe spécialisé en catastrophe et risques naturels, et par Yves Caraglio, botaniste et chercheur au Cirad.

En attendant vous pouvez parcourir le diaporama communiqué par Frédéric Léone qui est intervenue en première partie de la conférence sur « Vivre et s’adapter dans les zones inondables ».

Lien vers le diaporama de Frédéric Léone, géographe spécialisé en catastrophe et risques naturels.

Ainsi que le diaporama de la deuxième partie de la conférence animée par le botaniste, membre de l’association A.R.B.R.E, Yves Caraglio :

Lien vers le diaporama de Yves Caraglio, ingénieur de recherche en botanique.

Adhérer Faire un don Parc Beaulieu Parc Restinclières Retour accueil

Richesse et caprices de l’eau

Mercredi 5 et samedi 8 mai 2021

Initialement programmée au mois de novembre 2021, la 8e édition de Regards croisés 2020 n’a pu s’organiser en raison des mesures restrictives préfectorale liées à la crise sanitaire de la Covid-19.

Cependant, toute l’équipe de l’Association Restinclières Beaulieu pour le Respect de l’Environnement (A.R.B.R.E) s’est mobilisée pour vous permettre de découvrir la richesse et les caprices de l’eau.

Venez découvrir la richesse et les caprices de l’eau

Mercredi 5 mai : atelier ludique pour les enfants à Restinclières (matin ou après-midi au choix sur inscription)

Samedi 8 mai : conférence/débat en entrée libre gratuite à Beaulieu.


Le mercredi 5 mai les enfants de 6 à 12 ans pourront participer à l’atelier animé par Ludovic Cases du Symbo (syndicat mixte du bassin de l’Or). Deux groupes de 20 enfants ont ainsi rendez-vous sur inscription à la Maison pour Tous (MPT) de Restinclières, le matin ou l’après-midi :

Atelier du MATIN 9 h 30 à 12 h (20 places)
INSCRIPTION
ou
Atelier de l’APRÈS-MIDI 14 h à 16 h 30 (20 places)
INSCRIPTION

1re partie (45 mn) :
• Manipulation et discussion autour de la maquette du bassin de l’Or
• Expérience : fabrication d’eau saumâtre avec différents degrés de salinité (ruisseau, étang, mer)
• Info ou expérience sur la fabrication d’une lessive naturelle –si les horaires le permettent

2nd partie (1h30) :
• Sortie près du ruisseau du Mas de Lauriol : captures de « petites bêtes » dans le ruisseau, identification, classification, discussion sur leurs modes respiratoires et notion de chaine alimentaire. La séance se conclura par la détermination de la qualité pollution de l’eau du ruisseau du Mas de Lauriol grâce aux invertébrés observés…


Le samedi 8 mai une conférence/débat se tiendra dans la salle municipale du foyer à Beaulieu à 16 h, mais l’heure pourrait changer selon les mesures restrictives qui seront en vigueur à cette date.

Inscription en ligne souhaitée pour une meilleure organisation de la salle, merci.

Frédéric Léone, géographe spécialisé en catastrophe et risques naturels, professeur des universités, interviendra sur « Vivre et s’adapter dans les zones inondables ».
Photo d’un épisode cévenol <– crue en 09/2002, route de Sommières à Boisseron.

Yves Caraglio, botaniste et chercheur au Cirad interviendra sur « L’adaptation du vivant au manque d’eau ».
Photo de la garrigue par temps sec (climat méditerranéen).

Adhérer Faire un don Parc Beaulieu Parc Restinclières Retour accueil

Soirée Conférences-débat autour de l’Arbre fruitier

Samedi 16 novembre 2019

La soirée se déroule au Foyer de Beaulieu mis à disposition par la commune. La salle a été décorée avec des panneaux prêtés par la Maison Départementale de L’Environnement (MDE) (Prades-le-Lez) et des panneaux photographiques présentant les dessins réalisés par les enfants des écoles de Beaulieu et Restinclières dans le cadre du projet Arbopolis, une recherche scientifique menée par l’Institut de Recherche et Développement (IRD) de Montpellier sur la représentation qu’ont les enfants de notre région des arbres fruitiers et particulièrement du figuier Des fruits exotiques sont présentés sur deux tables pour aiguiser la curiosité du public composé d’une cinquantaine de personnes.

Jacqueline Taillandier, la nouvelle présidente de l’association A.R.B.R.E qui a succédé à Jean-Pierre Fels, le fondateur, disparu le 14 février dernier, souhaite la bienvenue à tous les participants et rappelle les différentes activités de l’A.R.B.R.E : des animations dans les écoles des deux communes, des sorties nature (fleurs, oiseaux, batraciens), l’opération annuelle Nettoyons la nature, des plantations dans le cadre d’Une naissance-un arbre (UNA) et la création d’un sentier botanique dans les carrières de Beaulieu.

Yves Caraglio, chercheur au CIRAD et conseiller scientifique de l’association, présente les deux intervenants de la soirée, Jérôme Duminil, chercheur à l’IRD, qui parlera de la domestication des arbres fruitiers et Brigitte Favre, historienne de l’art, qui évoquera la représentation artistique des arbres fruitiers. Nous terminerons la soirée avec des réponses la question : Que mange-t-on dans le fruit ? Sujet traité par Yves Caraglio.


La domestication

des arbres fruitiers

– Jérôme Duminil

A l’aide d’un diaporama, Jérôme Duminil nous présente un historique des différents moyens mis en œuvre pour apprivoiser et développer la culture des arbres fruitiers. Il nous parle de diversité génétique à la manière des races humaines et de diversité spécifique (les animaux, les végétaux). Il tente, avec la prudence du chercheur,  de nous expliquer d’où viennent les fruits cultivés que nous consommons quotidiennement.

Il y a quelques 300 000 ans avant Jésus-Christ il y avait des chasseurs-cueilleurs. Avec la révolution néolithique (- 10 000 avant notre ère) et la sédentarisation des populations, on assiste au développement de l’agriculture et à la création des premiers centres de domestication dans le Croissant fertile, en Chine, en Nouvelle-Guinée, au Mexique.

Pour retracer l’histoire de la domestication des espèces, on fait appel à plusieurs disciplines :

  • La botanique.
  • L’archéologie (restes archéo-botaniques).
  • L’iconographie.
  • La linguistique (études à partir de la racine des mots).
  • La littérature : on remonte à – 3 000 en Mésopotamie qui voit les débuts de l’écriture.
  • La génétique, avec l’étude de l’ADN.

Le vase d’Uruk (-3000/-3500 av. J.C.) atteste que les fruits étaient cultivés/utilisés. Les premières plantes cultivées annuellement étaient des céréales. La sédentarisation de l’homme favorise la multiplication des modes de reproduction.

Comme passe-t-on du fruit sauvage au fruit cultivé ? C’est le résultat de plusieurs passages :

  • de l’allo-fécondation à l’autofécondation, de deux individus (mâle et femelle) à un individu.
  • une floraison/fructification régulière.
  • une période de fructification plus longue/décalée dans le temps.
  • des fruits plus gros, plus nombreux, meilleurs.
  • développement de la parthénocarpie : apparition du fruit sans fécondation.

On obtient :

  • Des plantes annuelles (céréales, légumineuses) : la tomate est obtenue par autofécondation. En récoltant les graines, on retrouve la variété initiale.
  • Des plantes pérennes comme les arbres fruitiers.

Que planter pour obtenir de bons fruits ? –  L’invention de la greffe. 

Les premières espèces domestiquées apparaissent en Mésopotamie avec le palmier dattier et l’olivier. Le grenadier dispose d’une aire naturelle autour de la mer Caspienne où il est cultivé depuis 5000 ans et 1500 ans en Egypte. Il y a aussi l’aide des échanges commerciaux (la route de la soie, les échanges avec le Moyen-Orient -poire, coing, néflier-, l’Orient (citron, amandier, abricotier, cerisier) ainsi que les explorations maritimes.

Jérôme Duminil nous parle plus spécifiquement de la domestication du pommier et du bananier.

La domestication du pommier nécessite une greffe. La pomme est le troisième fruit le plus consommé au monde avec 69 millions de tonnes/an et 11 000 variétés dont les plus connues sont la golden, la gala… La pomme sauvage est grosse comme une pièce de 2 € avec un diamètre de l’ordre de 20 à 27 mm. On a retrouvé des restes de pomme qui remontaient à la fin du troisième millénaire av. J.C. C’est néanmoins une culture tardive avec une description de Théophraste qui remonte au Vème-IVème siècles av. J.C. Le pommier a été propagé par les Grecs et les Romains. On dénombre quatre espèces sauvages au Kazakhstan, en Asie centrale (malus sieversii). Le séquençage génétique confirme que c’est l’espèce originelle. 

Comment est-on passé du pommier sauvage au pommier domestiqué ? En 2012 on a acquis des données ADN supplémentaires. Qu’a reçu le pommier domestique des espèces sauvages ? On retrouve environ 26% d’ADN du pommier sauvage qui était peu goûteux.


Le bananier sauvage est une herbe géante qui se propage rapidement. Nous disposons de données archéologiques (pollen, graines), linguistiques et génétiques. 100 millions de tonnes sont consommées par an dans le monde, ce qui représente un marché de 5 milliards de dollars. L’Ouganda est le premier consommateur. Les bananes sauvages viennent de Nouvelle-Guinée. On assiste à un croisement parthénocarpique, sans fécondation. La mise en culture remonterait à -4 500 ans av. J.C. -à la même période que le pommier- et au Cameroun à –  2 500 ans.

Sur le plan linguistique, la plante migre avec son nom puis après propagation, il y a souvent une modification du nom. 

En conclusion, la banane sauvage est peu goûteuse. Les croisements ont permis la création de formes comestibles. La parthénocarpie a  favorisé sa propagation.

Le projet Arbopolis mené notamment dans les écoles de Beaulieu et Restinclières était conduit parallèlement dans des écoles du Cameroun et concernait le safoutier très répandu en Afrique centrale dans la forêt tropicale humide. Son fuit –le safou- ressemble à l’avocat. Il est récolté par les enfants et vendu en tas sur le marché. Il peut se consommer grillé avec la banane plantin. A ce jour on n’a aucune idée de sa domestication (où ? quand ? par qui ? dans quelles circonstances ?).


Avant de passer à la deuxième partie de la soirée, Yves Caraglio propose au public de se rendre dimanche matin à la bibliothèque de Restinclières pour découvrir l’exposition sur la diversité des fruits ainsi que deux petits films confectionnés avec des dessins d’enfants sur le figuier et les abeilles.


Représentation artistique

de l’arbre fruitier

Il donne la parole à Brigitte Favre, historienne de l’art, à qui il a été demandé d’évoquer la représentation artistique de l’arbre fruitier. L’exercice va se révéler difficile dans la mesure où ce motif est peu représenté. L’arbre est traditionnellement symbolisé par une verticale reliant la terre (les racines) au ciel, soit l’axe du monde. Il est présent depuis longtemps sur des tablettes. On y ajoute fréquemment des oiseaux mais aussi d’autres animaux. L’arbre de vie diffère selon les civilisations. A Teotihuacán au Mexique, l’aigle aurait déterminé l’emplacement du site. 

L’arbre est souvent associé à l’eau, une source sacrée par exemple. Il peut porter des fruits auxquels on ne s’attend pas, comme chez les Celtes.

Avec une fresque égyptienne qui remonterait au 13ème siècle av. J.C. l’intervenante  évoque une des plus anciennes représentations de l’arbre fruitier. On y voit de l’eau, des arbres fruitiers comme le palmier dattier, des personnages cultivant la terre. Dans l’au-delà les défunts peuvent faire appel à des serviteurs miniatures. Cette fresque présente deux défunts de profil –selon le meilleur angle possible-.

A l’époque romaine, on trouve la représentation de jardins avec des arbres fruitiers comme dans la fresque de la Maison du bracelet d’or à Pompéi, des statues, des fontaines, des oiseaux, des petits fruits.  

Fresque de la Maison du bracelet d’or à Pompéi. (© Stéphane Compoint)

Idem pour la bible de Saint-Bidero du Xème siècle conservée dans la cathédrale de León en Espagne. 

Après l’Empire romain, on constate une perte de capacités techniques. Les représentations artistiques ont pour but d’asseoir la puissance de l’Eglise. On retrouve néanmoins l’arbre de vie dans les manuscrits sacrés avec des animaux au pied des arbres et de grandes influences orientales.

La symbolique des jardins évolue au Moyen-Age. Les jardins clos –jardins d’amour- représentent le paradis terrestre en miniature.

Avec Jérôme Bosch, les représentations évoluent. C’est un peintre extraordinaire pour son époque et son milieu artistique, originaire du nord de l’Europe. Cf. les grands triptyques que l’on peut voir au musée du Prado à Madrid ou à l’Escurial. Le jardin des délices (220 x 386 cm). Le panneau de gauche représente le paradis terrestre. On y voit une sorte de  cactus, un lapin (la luxure) mais pas de représentation de fruits sauf dans le panneau central, des sortes de baies, peut-être des fraises ? Le pommier est très stylisé avec le serpent. Au-dessus, Dieu et le combat des anges. Il y a eu une récupération par la bible d’éléments existants. 

source image : comprendrelapeinture.com/le-jardin-des-delices-jerome-bosch

A la même époque, Le Printemps (203×314 cm) de Botticelli est rempli de symboles. Le peintre a travaillé pour les Médicis notamment dans les palais à Florence. Les personnages sont quasiment grandeur nature. On peut voir des fruits dans le haut de la toile et des fleurs dans le bas. Au centre, Flore, puis les trois grâces. Mercure/Hermès écarte les nuées avec un caducée (bâton entouré de deux serpents) qui illustre la concorde à Florence. Si les fleurs sont bien identifiées, il n’en est pas de même des fruits. Ce ne sont pas des oranges et nous sommes au printemps ? Tout est beau et accueillant.

Source image : wikipedia.org/wiki/Le_Printemps_(Botticelli)

Début XVIème siècle, Michel-Ange peint le plafond de la chapelle Sixtine. Deux observations : il nie la surface et il n’y a pas de plafond mais un ciel ouvert. Dans chaque compartiment, Michel- Ange a peint une scène biblique. Les corps sont musclés, les rendus anatomiques sont ceux du sculpteur. L’artiste est venu à Rome à reculons à la demande du pape. Il y est resté quatre ans. L’arbre représenté est-il un pommier ?

Source image : wikipedia.org/wiki/Plafond_de_la_chapelle_Sixtine

Nous avons donc toujours peu de représentations de l’arbre fruitier.

Fin XVIIème-début XVIIIème s. on peut voir avec Oudry un oranger en fleurs dans un beau vase. L’oranger est alors considéré comme un bien précieux. C’est l’époque de la construction des orangeries comme à Versailles.

C’est plus facile avec les Impressionnistes –Monet, Sisley, Pissarro. Première exposition en 1874. Le tableau Jardin potager (65×81 cm) peint en 1877 par Camille Pissarro  est visible au musée d’Orsay. Les peintres sortaient et peignaient sur le motif grâce à l’invention du tube de peinture. Le développement des moyens de communication –le train- favorisait les déplacements. Ils devaient travailler vite pour obtenir la touche fractionnée. Auparavant les peintres réalistes travaillaient en atelier. L’invention de la photographie dans les années 1830 (Nadar) a permis une approche de la nature plus sensible. Les artistes peignent des arbres en fleurs. On dénote le frémissement de la surface. Mais subsiste un problème plastique entre le peintre et le fruit, cf. Le poirier d’Angleterre de Renoir (1873). 

Avec du recul, c’est vibrant. Le sujet préféré des Impressionnistes, c’est un personnage intégré dans un paysage, à la différence de Courbet. Dans La Seine à Bougival de Sisley, on sent le vent. On a une impression de vie. Printemps.Pruniers en fleurs (1877) de Pissarro : on peut toujours indiquer la saison et l’heure. Avec un très grand ciel, on n’est pas loin de midi.

The Orchard’, 1879, (1939). ‘Jardin potager à l’Hermitage. Pontoise’. Kitchen garden at the Hermitage, Pontoise, northern France. Painting in the Musée d’Orsay, Paris. From « Camille Pissarro », by John Rewald. [Collins, London, 1939] Artist Camille Pissarro. (Photo by Print Collector/Getty Images)
Le Poirier d’Angleterre. 1873. Auguste Renoir – source image : https://lacadutadeglidei.files.wordpress.com
La Seine à Bougival. Sisley. 1873 – Source image : www.wikiart.org
Printemps.Pruniers en fleurs (1877) Pissarro – Source image : art-prints-on-demand.com

Nous abordons les post-impressionnistes avec Van Gogh : Branche fleurie d’amandier (1890) peint quand le peintre était hospitalisé à Saint-Rémy de Provence. On  découvre l’influence des estampes japonaises. Les artistes peuvent peindre des séries : des meules de foin, des peupliers le matin, le midi… Un détail peut occuper la surface. Les impressionnistes ont été fascinés par la lumière.

Van Gogh : Branche fleurie d’amandier (source image Pinterest)

Okusaï : Branche de cerisier au musée Caumont à Aix en Provence. Van Gogh a peint les Alpilles avec une touche fractionnée très divisée, des arbres tourmentés comme les oliviers. 

Le Vieil olivier (72 x 60 cm) de Félix Vallotton, peintre nabi (1922). Le tronc de l’olivier est fendu en deux. Très belle mise en scène. 

En conclusion, Brigitte Favre recommande l’exposition Nous les Arbres à la Fondation Cartier à Paris, prolongée jusqu’au 5 janvier 2020. On peut y découvrir des œuvres de Fabrice Ibert (57 ans). C’est un artiste intéressant, normand d’origine, qui plante des arbres.


Que mange-t-on dans le fruit ?

Une rapide présentation de la fleur et de son devenir nous sont présentés par Yves Caraglio, botaniste au Cirad. 
Le pistil de la fleur donne naissance au fruit et les graines sont contenues dans le fruit. Il nous montre comment les différentes parties du pistil ou de la fleur se transforme pour former différents types de fruit telle la baie dans laquelle le pistil devient tout charnu et juteux comme chez le grain de raisin (les pépins sont les graines, l’orange est aussi une baie, mais dont la partie juteuse est constituée par des centaines de poils gorgés de liquide sucré. La drupe provient de la transformation du pistil en une partie charnue plus ou moins épaisse et en une partie épaisse et interne très dure qui forme le noyau à l’intérieur duquel se trouve la graine. C’est le cas de la cerise, de l’abricot mais aussi de l’amande qui s’ouvre en se desséchant laissant voir le noyau contenant la graine (l’amande !).

Pour beaucoup de fruits, les apparences et encore plus les dénominations courantes sont trompeuses, c’est dans cet esprit qu’Yves Caraglio nous fait découvrir les secrets de la pomme, de la fraise, de la figue, de l’ananas et plein d’autres encore.

Les conférences terminées, le public est invité à partager le pot de l’amitié et à découvrir/redécouvrir l’exposition installée au fond de la salle avec aussi la présentation de quelques fruits exotiques (pitaya, melano, goyave, maracuja, longan, papaye, noix de coco, noix de cola, physalis, prune de Cythère, safou, ananas) qu’Yves Caraglio commente abondamment.

L’arbre fruitier

Une domestication réussie ?

Du 12 au 16 novembre 2019

Cette année l’Association Restinclières Beaulieu pour le Respect de l’Environnement vous propose de découvrir l’arbre fruitier.

Qu’est-ce que l’on mange dans le fruit ?

Yves Caraglio va vous surprendre dans ses réponses…

Cette semaine sera aussi l’occasion de restituer le travail du projet Arbopolis des écoliers de Beaulieu et de Restinclières sous la forme d’une exposition lors de la soirée « Regards croisés » à Beaulieu qui clôture l’évènement.

Toute la semaine du 12 au 16 novembre, une EXPOSITION à la Bibliothèque de Restinclières vous fera découvrir « La diversité des fruits ».


Le mercredi 13 novembre les enfants pourront découvrir les fruits et les utiliser dans des recettes simples avec les animatrices de l’Effet Gomasio sur 2 ATELIERS pour lesquels chaque enfants devra venir avec un pot en verre qui ferme (pot de confiture, yaourt à couvercle) :
Atelier à Beaulieu (12 places) RÉSERVEZ sur HelloAsso
   •Salle du Clos St Vincent (10h30) à Beaulieu
Atelier à Restinclières (12 places) RÉSERVEZ sur HelloAsso
   •Bibliothèque municipale de Restinclières (14h30)


Le samedi 16 novembre SOIRÉE DÉBAT pour clore cette semaine, dans la salle du foyer de Beaulieu à 20 h, avec les conférenciers suivants :

Jérôme Duminil, chercheur à l’Institut de Recherche et Développement (IRD) – interviendra sur la domestication de l’arbre fruitier (45 minutes).

Yves Caraglio, botaniste, responsable d’équipe au Département Systèmes biologiques (Bios) du Cirad de Montpellier. Il présentera « Que mange-t-on dans un fruit ? ».

Brigitte Favre, professeur de l’histoire de l’art, interviendra sur la représentation artistique de l’arbre fruitier.