Archives du blog

Collecte de déchets sauvages

Week-end du 24 et 25 septembre 2022

Nos deux rendez-vous de collecte des déchets sauvages en partenariat avec les municipalités de Beaulieu et de Restinclières on bien eu lieu cette année grâce à une météo favorable.

Dimanche 25 septembre 2022 à Restinclières : collecte de déchets sauvages.
Samedi 24 septembre 2022 à Beaulieu : collecte de déchets sauvages.

Yves Caraglio, le botaniste membre de l’association, a abordé deux points au départ des collectes en interaction avec les participants sur qu’est-ce qu’un déchet, et quel est la vie du déchet, que l’on pourrait résumer ainsi :

Le déchet est une chose dont on veut se débarrasser, dont on ne se sert plus.
Le devenir d’un déchet : tri poubelles (recyclage) et déchetterie.

  • Déchets organiques
  • Déchets inertes (dans lesquels il reste un petit peu d’organiques)

À noter que dans le cycle de recyclage le plastique reste tout de même du plastique !

Le verre quant à lui est très difficile à recycler (couleur, qualité du verre, débris à faire fondre avec de l’énergie), il faudrait privilégier les consignes. Des initiatives commencent à se mettre en place.

La vie d’un déchet dans la nature

La pluie transporte les déchets vers les fossés (il n’y a plus qu’à récolter !).
Les déchets dans la nature ne disparaissent pas tous de la même façon, ni dans les mêmes délais : papier 3 mois, pelure de fruit 6 mois, journal 1 an, filtre cigarette 2 ans, chewing-gum 5 ans, canette de 10 à 100 ans, plastique jusqu’à 1 000 ans, polystyrène 1 000 à 10 000 ans, le verre de 4 000 à + de 4 000 ans (jusqu’à 10 000 ans).

Le déchet c’est aussi un point de vue

La notion de déchet du point de vue de l’homme « ça fait sale », on s’en débarrasse.
Mais ça peut être un habitat (recyclage) et les animaux utilisent les zones qui nous paraissent sales comme tel (lézard, guêpes…). La vie colonise les espaces, comme par exemple dans le milieu océanique où la vie recolonise des bateaux coulés.
Impact : c’est la nature du déchet qu’il faut questionner sur une zone naturelle par rapport à l’impact de son enlèvement.
À contrario, le pneu jeté dans la nature est TRÈS polluant et un super habitat pour le moustique qui est un vecteur de maladies.
Autrefois, la notion de déchet n’était pas forcément perçue : on mangeait, on jetait des déchets non polluants qui ont permis de comprendre, retrouver de l’histoire : verre, terre-cuite, os… Des dépotoirs qui ne nuisent pas à la nature. 

Dimanche 25 septembre à Restinclières

La matinée à Restinclières s’est elle aussi déroulée de façon très conviviale avec une bonne participation des enfants. L’association remercie l’école primaire d’avoir relayé l’information de cette opération annuelle en faveur de l’environnement local.

Les participants ont tous eu l’impression que les lieux visités étaient moins parsemés de déchets que certaines années précédentes, c’est une bonne nouvelle !

Samedi 24 septembre à Beaulieu

L’association a eu la bonne surprise d’accueillir un bon nombre de familles au rendez-vous annuel (menacé par la pluie de la nuit). Les enfants étaient tous motivés à partir durant une bonne heure collecter des déchets sauvages tout autour de leur quartier d’habitation en pleine nature.

Regards croisés 2022

Samedi 22 octobre 2022

L’humanité face au déclin de la biodiversité

L’Association Restinclière Beaulieu pour le Respect de l’Environnement vous propose la 10e édition de Regards croisés « L’humanité face au déclin de la biodiversité » dans le cadre de la thématique annuelle 2022 sur la Biodiversité.

Nous recevrons Mickaël Hedde, directeur de recherche en écologie des sols à l’Inrae dans l’Unité Mixte de Recherche Eco&Sols à Montpellier. Il est spécialisé dans la macrofaune du sol, de ses interactions avec d’autres organismes et sur les conséquences sur la vie du sol.

L’autre partie de la soirée consistera à confronter la perception de la biodiversité, sa perte et ses impacts sur notre quotidien. La présentation de la biodiversité du sol, une diversité cachée sera un thème privilégié pour ces échanges avec Alix Cosquer qui est chercheuse en psychologie environnementale et psychologie de la conservation au Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CEFE, CNRS), à Montpellier.  Elle est spécialiste des interactions entre individus et environnements naturels.

Le rendez-vous est donné le samedi 22 octobre à 18 h dans la salle municipale de l’esplanade du Pic Saint Loup à Beaulieu.

Rejoignez 70 autres abonnés

Sortie à l’écoute des chauves-souris

Pipistrelles de Kuhl (wikipedia.org)

Samedi 27 août 2022

Dans le cadre de la nuit des chauves-souris, l’association A.R.B.R.E  organisait une soirée d’observation et d’écoute de ces petits mammifères.

Samedi soir à partir de 20h30, 26 personnes étaient présentes au rendez-vous fixé à l’ancien quai de décharge à Beaulieu. Cette sortie était animée par Aurélia Dubois, naturaliste, et Jules Teulières, chiroptérologue.

L’observation directe des chauves–souris étant très difficile, Aurélia et Jules avaient amené le matériel approprié soit une caméra thermique permettant d’observer les trajectoires de vol et un micro permettant d’écouter et d’analyser les sons des chauves-souris. 

Image de la caméra thermique.
Écoute et analyse des sons de chauves-souris

L’animation a débuté par un échange avec les participants portant sur la perception que l’on peut avoir des ces animaux : les chauves-souris suceuses de sang, s’accrochant aux cheveux et autres représentations négatives de ces mammifères.

Les explications passionnantes nous ont permis de mieux connaitre le monde des chauves-souris.

Voici quelques exemples :

  • L’étymologie d’abord
    Le terme chiroptère signifie « mains ailées », la chauve-souris est seul mammifère à vol actif.
  • Ouïe et écholocation
    Pour l’écholocation le fonctionnement est identique à celui d’un sonar, la chauvesouris produit des cris en ultrasons et capte en retour l’écho renvoyé par les obstacles. Cet écho leur permet de localiser avec une précision extraordinaire les objets (taille et mouvement) et leurs proies (moucherons, moustiques, papillons).

Les chauves-souris européennes sont essentiellement insectivores. De plus, la chauve-souris a une bonne vision nocturne.

Au cours de la soirée Aurélia fait observer les chauves-souris à la caméra thermique tandis que Jules a identifié les espèces présentes grâce au micro enregistreur car chaque espèce produit des ultrasons à des fréquences différentes.

Sur le site de Beaulieu, 6 espèces étaient présentes : Pipistrelles de Kuhl, Pipistrelle commune, Pipistrelle pygmée, Vespère de savi, Sérotine commune et Noctule de Leisler.

Ont été abordés les problèmes de déclin des populations de chauves-souris, déclin principalement dû aux activités humaines (pesticides donc raréfaction de la nourriture, pollution lumineuse, prédateurs comme les chats, la fragmentation des habitats par les routes par exemple …)

Maintenant toutes les espèces de chauves-souris sont protégées et des plans de restauration et de protection sont mis en place.

La soirée s’est terminée à 22h30, les participants enthousiastes remercient chaleureusement Aurélia et Jules pour toutes ces explications.

______________________________________________
Compte-rendu rédigé par Jean-Paul Taillandier.

Rejoignez 70 autres abonnés

Atelier Botanique

Atelier botanique

Vendredi 24 juin 2022 à 19 heures – Salle de réunion du gymnase Edmonde Carrère à Beaulieu

Cet atelier animé par Yves Caraglio, botaniste référent de l’association ARBRE, s’inscrit dans le projet d’élaboration, sur deux ou trois années, d’un atlas de la biodiversité concernant les deux communes de Beaulieu et Restinclières avec la possibilité pour les personnes intéressées d’élaborer un herbier personnel. Il fait suite aussi à une sortie sur le terrain pour observer in situ différentes plantes.

Treize personnes ont participé à cet atelier. Yves a au préalable cueilli quelques plantes pour illustrer son propos. Il propose de nous parler en premier de la forme et de l’organisation des feuilles sur le rameau qui sont déterminantes pour identifier une plante.

Différents éléments sont à regarder :

  • une feuille sur une tige
Atelier botanique du 24/06/2022 avec le botaniste Yves Caraglio.
  • le limbe, la partie aplatie de la feuille permet la photosynthèse grâce au soleil. Son contour ou la marge n’est pas forcément lisse. Il peut être denté. 
  • le pétiole est la petite partie qui rattache le limbe à la tige.
  • la gaine, à la base du pétiole embrasse la tige.

–> Le tout constitue la feuille.

À l’intersection entre la feuille et la tige on trouve le bourgeon, parfois très discret, qui assure à la plante la capacité de faire une nouvelle tige. Il est appelé bourgeon latéral ou axillaire.

Nous allons ensuite distinguer une feuille simple entière d’une feuille composée, constituée de « petites feuilles » – les folioles- portées par une structure centrale –le rachis- (équivalent de la nervure principale de la feuille simple) et une gaine qui la rattache à la tige. On parle de rachis primaire quand la feuille composée est divisée une fois comme une plume d’oiseau (feuille composée penné) ou secondaire quand la feuille composée est divisée deux fois (bipenné). Le nombre de folioles peut être pair (feuille composée paripennée) ou impair (feuille composée imparipennée).

NBLe vocabulaire utilisé pour désigner la morphologie générale des plantes a été élaboré par les floristes et peut varier en fonction des époques. 

À partir des caractéristiques des plantes on va pouvoir déterminer des familles comme par exemple la ronce (Rubus) de la famille très nourricière des rosacées à laquelle appartiennent aussi le fraisier, l’abricotier, le pommier…

Un participant s’interroge sur l’utilité des épines ? 
Yves indique que les épines constituent une protection contre l’herbivorie et précise que bien que les grands herbivores aient disparu, les plantes avec leur défenses sont toujours là.

Sur certaines plantes, on observe à la base de la feuille au niveau du pétiole ou du rachis, deux expansions, les stipules qui peuvent tomber rapidement sans blesser la plante mais en laissant une cicatrice qui peut être discrète. Pour observer cela il faut s’équiper d’une loupe à main en prenant la précaution de la poser près de l’œil et de rapprocher la plante (et non l’inverse) ou utiliser une loupe binoculaire. Attention ! la plante est parfois facétieuse et quand les stipules se soudent on a l’impression d’avoir une seule pièce. 

La disposition des feuilles autour de la tige peut varier. La phyllotaxie est le terme scientifique pour désigner l’arrangement des feuilles autour d’une tige. On distingue ainsi les feuilles alternes distiques ou spiralées des feuilles opposées (deux feuilles au niveau d’un nœud) décussées ou verticillées (3,4, 5 feuilles insérées au même endroit sur la tige).

Toutes ces caractéristiques permettent de faire du tri et correspondent à des comportements de groupes de plantes.

La floraison : étude de la mauve de la famille des malvacées :

Chez la mauve, les deux sexes sont présents. C’est une plante hermaphrodite. La fleur attractive contient les graines. La fleur est l’organe inventé par les plantes pour rapprocher les deux sexes mâle et femelle dans une même structure.

  • La fleur s’insère sur une tige.
  • Les sépales souvent vertes forment le calice. Au-dessus se trouvent les pièces colorées qui constituent un signal visuel. Les cellules odorantes dégagent une odeur attractive celle du nectar, liquide sucré.
  • Les pétales colorés la plupart du temps forment la corolle.
  • Les étamines portent la partie reproductive mâle et forment l’androcée.
  • Le gynécée contient les parties reproductrices femelles.

Ainsi on va pouvoir constituer des grands groupes en fonction du nombre d’éléments composant la fleur.

Exemple fleur de type 3 : le lys. Il comprend 3 sépales et 3 pétales tous de la même couleur, 3 étamines et trois loges pour les graines

La pollinisation. Malgré la présence des deux sexes au sein de la fleur, beaucoup de plantes sont pollinnisées par les insectes qui permettent un échange des gènes entre fleurs d’une même espèce. Des grands groupes de plantes comme les Céréales réalisent ces échanges grâce au vent.

Les insectes qui assurent la pollinisation veulent avoir une récompense : le nectar. Mais ils ne font pas ce qu’ils veulent. Des fleurs sont complexes. La récompense peut aussi être sexuelle. Parfois le mâle croit qu’il a affaire à une femelle, il veut s’accoupler mais c’est un leurre. La présentation d’un Regards Croisés sur les fleurs trompeuses

(https://arbre34160.org/category/conferences-debats/page/3/ ).


En conclusion de cette première séance écourtée en raison d’un spectacle de danse à 20h30 à la chapelle, Yves nous conseille deux ouvrages sérieux que l’on peut acquérir. Il y a en effet beaucoup de vocabulaire à mémoriser mais c’est le B.A-BA .

• La Flore de France – 89€
C’est la clé pour entrer dans les plantes (genres, espèces…) et distinguer par exemple le chêne kermès du chêne blanc ou du chêne vert. Le châtaignier appartient à la famille des fagacées, ensuite il faut déterminer le genre, l’espèce… Pour cela on utilise les clés des familles : feuille, tige, racines, fleur, c’est un jeu d’assemblage avec un motif de base simple.

• Flore de la France méditerranéenne continentale
Naturalia publication

En automne, une nouvelle sortie est programmée qui sera suivie d’un deuxième atelier sur l’utilisation des clés de détermination d’une Flore.

_______________________________________________
Régine Paris avec la relecture attentive d’Yves Caraglio

La feuille de l’arbre n° 3

Une fois de plus de nombreux événements ont eu lieu au cours de ce trimestre entre Restinclières et Beaulieu. Votre large participation à chacune des sorties nous conforte et nous encourage à aller de l’avant. À ce titre, je rends hommage aux membres du bureau et du CA qui font un travail remarquable à tous les niveaux afin de cette association d’un intérêt général remplisse au mieux sa mission.

Nous n’avons cessé de sensibiliser les jeunes publics et de faire découvrir, à tous, la richesse de notre environnement immédiat. D’ailleurs, les écosystèmes complexes et fragiles qui nous entourent sont menacés alors que nous vivons dans l’un des hauts lieux de biodiversité mondiale. En effet, le bassin méditerranéen compte 30 000 espèces de plantes dont 13 000 endémiques ce qui nous place à 3e. 

À travers « La feuille de l’arbre » nous pouvons être accessibles vous offrir une myriade d’informations sur nos actions passées et futures également de mettre en lumière des sujets scientifiques à tous.

Je vous souhaite une bonne lecture.
Frédéric Charlin membre du C.A


BIODIVERSITÉ
et théorie(s) de l’évolution.


FOCUS
La diversité du vivant, une affaire d’ingestion !

Au début de la vie de la planète, l’oxygène était très rare (surtout présent dans la molécule d’eau) puis certaines bactéries ont réussi à utiliser l’eau pour produire de l’oxygène qui se répandait dans l’atmosphère (les cyanobactéries ou « algues bleues ») , puis d’autres bactéries ont réussi à transformer l’oxygène pour le dégrader et le tenir à un taux pas trop important (…)


PHOTO DU MOIS
L’Ophrys bécasse : petite orchidée du bassin méditerranéen bien présente sur nos communes.

(Photo Yves Caraglio)

Le saviez-vous ?

Le muguet est une fleur qui annonce le printemps. Il est très apprécié pour son odeur et pour bon nombre de symboles. Mais cette plante a plein d’autres mystère (…)

LIRE L’ARTICLE


PAROLE D’ADHÉRENT
Rose Laplagne

“ Depuis ma plus tendre enfance, j’ai toujours été fascinée par la nature, les animaux, les végétaux. Mes interrogations sur l’environnement sont venues bien plus tard quand mon mode de vie contemporain m’a éloignée de la nature. Tout à fait par hasard, j’ai découvert l’association ARBRE qui pour moi s’engage réellement sur des problématiques environnementales et représente un vecteur incontestable d’informations. Adhérer à ARBRE va dans une démarche personnelle de cohérence, d’épanouissement et de recherches d’informations qui me permettent de réactualiser mes connaissances et de pouvoir appliquer à mon niveau les préceptes majeurs de protection de la nature en espérant pouvoir préserver vivement notre cadre de vie. ”
Rose Laplagne, Conseillère Municipale Déléguée à la Culture – Commune de Sussargues.


Rejoignez 70 autres abonnés

Sortie au parc des Carrières de Beaulieu

Dimanche 12 juin 2022

Observation de la flore

L’Association Restinclières Beaulieu pour le Respect de l’Environnement organisait une matinée d’observation de la flore au parc des plantations pour les naissances dans les carrières de Beaulieu.

En plus des familles ayant planté un arbre pour la naissance de leur enfant, l’A.R.B.R.E avait invité les adhérents qui participent au projet de  collecte de plantes pour l’herbier de l’association

De 10h à 12h le groupe de participants a été initié à l’observation des caractères des feuilles permettant de distinguer des familles botaniques (forme foliaire, disposition des feuilles sur la tige…) avec les explications du botaniste Yves Caraglio.

Yves Caraglio a ainsi initié les participants à examiner en différentes étapes les feuilles cueillies sur place.

EXAMINER LA FEUILLE

Quel est le type de la feuille ?

  • feuilles simples 
  • feuilles composées

Comment est le bord de la  feuille ?

  • bord entier
  • bord denté • lobé plus ou moins profondément
  • feuilles ondulées autour du plan de la feuille

La feuille porte-t-elle des stipules à son point d’insertion sur la tige ?

  • présence de stipules (expansions de part et d’autre de la feuille) au point d’insertion sur la tige
  • pas de stipules (sortes de petites feuilles) au point d’insertion sur la tige.

Comment sont disposées les feuilles sur la tige ? (la phyllotaxie)

  • alternes distiques (feuilles insérées une par une – alternée- en deux rangs, sur 2 lignes le long de la tige)
  • alternes spiralées (feuilles insérées une par une et disposées tout autour de la tige)
  • opposées décussées (feuilles insérées par 2 au même niveau, diamétralement opposées et tournant de 90° à chaque niveau)
  • verticillées (plus de 2 feuilles insérées à chaque niveau)

L’observation de ces critères dans un ordre à respecter permet de proposer à quelle famille peut appartenir la plante fraîchement cueillie. L’exercie a été fait sur plusieurs espèces de la famille des Lamoiaceae, la famille du thym. Les termes utilisés en botanique pour décrire les plantes et pour les identifier grâce à une flore sont  très précis. La suite dans un prochain conmpte rendu de sortie ou d’atelier botanique !

Pour terminer la rencontre, l’équipe de l’arbre s’est assurée que tout le monde avait bien compris comment utiliser l’application Pl@ntnet pour identifier la flore locale sur le groupe créé pour le projet d’atlas de la biodiversité qui démarre cette année à Beaulieu et à Restinclières.


Prochain rendez-vous
sur inscription  par mail : arbre.lr@arbrelgr
 Vendredi 24 juin 2022
Atelier d’initiation à la botanique 2/3
Flore, comment identifier une plante. 
RDV à la salle communale du gymnase Edmonde Carrere à Beaulieu à 19h.