Sortie nocturne

Résumé et photos

Quelques chants d’oiseaux ont remplacé le concert de grenouilles

groupeIl faisait encore jour samedi soir quand le groupe d’une trentaine d’adultes et sept enfants a pris le Chemin des Carrières de Beaulieu en compagnie de deux spécialistes pour aller à la rencontre des batraciens et des oiseaux nocturnes.
Conviés à cette sortie par l’Association ARBRE et la municipalité, ces amoureux de la nature ont bravé le froid d’une soirée fort peu printanière, équipés de torches, lampes frontales, jumelles et quelques filets. À l’approche de la carrière du Génie, le silence était presque total – aucun concert de grenouilles, à peine un bruissement de feuilles agitées par la brise et les trilles d’un rossignol dans un peuplier.

batracien 2Les mares, asséchées depuis peu (certains y avaient vu de l’eau cinq jours auparavant), abritaient encore quelques jeunes crapauds dissimulés sous des pierres. Que sont devenus les innombrables têtards qui frétillaient au fond depuis près d’un mois ?
Jérémy Jalabert, accompagnateur bénévole et spécialiste des batraciens, affirme que tous ne sont pas morts ; selon les espèces, certains ont eu le temps d’atteindre une taille suffisante pour aller grandir dans la nature environnante mais la reproduction de plusieurs autres est compromise par la sécheresse.

batracien 3Un minuscule pélodyte ponctué, sorti de sa cachette et brandi sur le bout de l’index, fait la joie des enfants ébahis avant d’être délicatement replacé sous une pierre.

 

 

Entre temps, le crépuscule a assombri les bois et quelques cris d’oiseaux nocturnes se font entendre. Karline Martorell, ornithologue, présente sur son portable quelques applications permettant de les reconnaître et fournit des explications détaillées sur les espèces présentes dans les carrières de Beaulieu : petit-duc scops, rossignol philomèle, engoulevent d’Europe – mais la nuit déjà tombée ne permet pas de les apercevoir.

Sur le chemin du retour, jérémy découvre un jeune représentant d’une espèce endémique qui traverse le sentier en sautillant – un simple crapaud de deux ou trois ans, avec ses gros yeux orange. Le triton palmé et le marbré, ou encore le crapaud calamite, qui fréquentent pourtant les carrières, ne se sont pas montrés ce soir-là mais la promenade était toutefois bien enrichissante, grâce aux commentaires appréciés des jeunes accompagnateurs.

batracien 1

L’article de référence

Publicités

Publié le 1 mai 2016, dans 3-Sorties nature, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre COMMENTAIRE⎟Votre DÉDICACE⎟merci :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :