Sortie nature

Le stress hydrique chez les plantes

Dimanche 5 juillet 2020 à 17 h

Pendant le confinement toutes les activités de l’A.R.B.R.E ont été arrêtées en raison de la situation sanitaire liée à la pandémie de Covid 19. Aussi, il faisait bon de se retrouver ce dimanche entre adhérents et sympathisants de l’association pour un cheminement tranquille dans le bois du Renard, en direction de Restinclières.

18 personnes étaient au rendez-vous du parking du Renard pour, chemin faisant, écouter Yves Caraglio, botaniste et chercheur au CIRAD, nous parler du stress hydrique des plantes sous un climat méditerranéen.

Lorsque la température s’élève, le manque d’eau se fait sentir. Les plantes sont immobiles. Elles subissent l’environnement. Aussi y-a-t-il beaucoup de plantes annuelles et de céréales comme la folle avoine qui font leur cycle de vie avant la saison chaude et sèche de l’été et ainsi évitent ce stress hydrique. Si beaucoup de plantes annuelles sont sèches en ce moment, les graines elles sont là pour assurer la suite de l’espèce et elles sont tout à fait résistantes à ce manque d’eau : elles sont en repos profond et attendent les conditions du printemps pour germer.

Premier arrêt devant des plantes sur lesquelles s’agglutinent des petits escargots blancs. En respirant, ils dégagent de l’humidité. Ils tournent sans cesse et ainsi chaque escargot selon le moment protège les autres  ou bien est protégé par les autres. On retrouve des stratégies équivalentes pour lutter contre le froid chez les manchots ou les yacks.

Du côté des humains, quand on a chaud on transpire. On perd de l’eau alors on boit. C’est pareil pour les plantes. Des échanges gazeux s’opèrent : les plantes respirent tout le temps mais la journée elles absorbent aussi du gaz carbonique pour fabriquer de la matière végétale par la photosynthèse et en « transpirant » le flux de perte d’eau permet à la plante d’amorcer un mouvement d’eau et d’éléments minéraux depuis les racines jusque dans les feuilles. Tout ce qui n’est pas sec contient de l’eau. On recense plusieurs stratégies :

  • Le chêne vert va s’affranchir de la sècheresse en développant ses racines là où il y a de l’eau. Délaissant ses tiges, il fabrique surtout de la racine quand il est jeune. Le pivot racinaire peut mesurer rapidement 70 cm au détriment du développement de petites racines latérales. Ça ne marche pas toujours, alors il meurt ! Mais cette stratégie d’évitement de la sècheresse marche très souvent.

Ses feuilles luisantes de couleur verte sur le dessus, de couleur claire au-dessous et poilues Sur le dessous, la feuille comporte des trous (les stomates) qui assurent les échanges gazeux.

  • Le pin d’Alep développe une autre stratégie au niveau des racines. Il explore le terrain sur une petite épaisseur mais sur une grande surface. Ses feuilles de structure linéaire évitent ainsi de trop s’échauffer aux rayons du soleil.
  • Le genêt scorpion (de la famille du petit pois et du haricot) a de toutes petites feuilles et qui tombent assez rapidement. Ce sont les tiges qui assurent la photosynthèse. Le côté épineux est une réponse à une pression herbivore vis-à-vis des ruminants qui, pour certains, ne sont plus présents depuis très longtemps. 
  • L’orpin a des feuilles rondes qui ne sont pas vertes en ce moment car il fait très chaud et il y a peu d’eau disponible. Quand il fait chaud, la journée, elles ne travaillent pas. Elles accumulent de l’énergie et la nuit, plus fraiche, elles assurent les échanges gazeux pour réaliser la photosynthèse.

Dans notre région, comme on peut le constater sur place, les chênes verts et les pins d’Alep se développent bien.

Une autre stratégie consiste à ne pas perdre l’eau emmagasinée. Il s’agit soit d’éviter la sécheresse soit de résister. Des végétaux ont développé des stratégies originales pour :

  • conserver l’eau,
  •  et résister aux prédateurs grâce à de grosses molécules odorantes. Il en est ainsi des plantes condimentaires comme la sarriette. Les petites feuilles ont une odeur qui dissuade certains petits prédateurs. Les grosses molécules font que la déperdition de l’eau est moindre. Ces plantes arrivent à se développer dans des fissures ou des petites dépressions avec peu de sol. On a du thym avec un gros feutrage de racines. Le matin le sol est mouillé comme dans le désert. Le système racinaire est important, de petite dimension et peu profond et ainsi la plante peut absorber cette eau superficielle. L’été certaines plantes se dessèchent, c’est facile à observer sur les mousses mais le Ciste de Montpellier fait de même, ses feuilles roussissent et avec les pluies d’automne elles reprennent leur couleur verte. 

Il en est ainsi du pistachier térébinthe qui dégage une forte odeur. Il se développe dans des zones contraintes, de petite dimension et peut devenir un bel arbre si les conditions sont meilleures. La résine qu’il produit colmate les blessures. Des insectes viennent pondre sur les folioles et réalisent une partie de leur cycle de vie sur le Pistachier. Un joli panneau installé à proximité du théâtre des carrières nous dit tout sur cet arbre particulier et sur son association avec un petit insecte.

Le chêne blanc est lié aux zones où existent de l’humidité. Un grand déséquilibre par rapport au chêne vert a découlé de la sédentarisation de l’homme qui a abattu les chênes blancs en quantité pour cultiver la terre à la différence du chêne vert qui se développait en dehors des zones humides. Aujourd’hui avec la déprise agricole le chêne blanc revient.

Poursuivant notre promenade nous rencontrons les immortelles  (Helichrysum). En matière de végétalisation des toits, le sedum ou orpin est très apprécié car il n’a pas besoin d’arrosage.

Un nouvel arrêt devant un couvert de végétaux hauts où il y a moins de plantes. Yves nous conseille d’observer la végétation aux quatre saisons pour faire un bon relevé floristique. Ici il y a des mousses qui constituent un bon matelas et absorbent l’humidité, des fougères et des lichens. Le sol est le lieu où il y a de la vie (matière organique, bactéries, champignons, insectes…) et les racines. Sur place on peut observer des petites euphorbes rouges en mauvais état et à côté une euphorbe verte, bien portante au milieu d’autres plantes : elle s’est mieux débrouillée ! C’est ce que l’on appelle « la facilitation » en écologie : des plantes par leur ombre et leur tissu racinaire favorisent l’installation d’autres plantes.

Nous arrivons dans une zone dite ouverte. Si en Bretagne on peut connaître les quatre saisons dans une journée, il n’en est pas de même en zone méditerranéenne. Ici la pluviométrie est irrégulière. On observe des cumuls importants et des régimes de pluie intenses qui ravinent les sols. 

Nous sommes devant un chêne vert âgé, de faible hauteur. Pour survivre, l’arbre réduit sa structure. Il pratique « la mortalité en tête » comme on peut le constater de visu. Ainsi des plantes vont croître très lentement. Il ne faut pas effectuer un arrosage intensif mais élaguer le bois mort. On n’est pas dans un système de production dans lequel on remplace régulièrement les arbres. A côté du chêne vert, il y a aussi un pin d’Alep très âgé.  La hauteur pour une espèce donnée est un bon reflet du sol, de sa richesse ou fertilité.

L’an dernier avec les très fortes températures que nous avons connues fin juin, on a assisté à l’insolation des feuilles. Ce fut le résultat d’une combinaison malheureuse. 

Un peu plus loin on découvre un pin d’Alep déraciné par le vent. Il n’était pas bien ancré dans le sol : il poussait lentement car il n’avait pas suffisamment de sol à exploiter par ses racines, pas de fissures pour bien s’ancrer.

Dans la profondeur d’une ancienne carrière la végétation s’est développée grâce à l’accumulation de l’eau au sol. Un saules’est implanté. Un figuier est en survie. Il ne se reproduira pas. On peut voir sur un mur un figuier avec une boule. Il n’a pas pu développer un système racinaire normal. A cet égard Yves rappelle que le figuier est présent dans le monde entier sauf en Nouvelle-Zélande. Si les figues sont toutes comestibles, elles ne sont pas toutes gustatives.

Un peu plus loin sur le chemin du retour, la clématite (de la famille des renoncules) s’éclate. Sa structure a investi des axes très longs et grêles, moins coûteux en eau. Que dire du millepertuis (la plante aux mille trous qui sont des poches où s’accumulent des secrétions d’huile essentielle)… il en est de même pour la feuille du citronnier.

Pour terminer Yves s’arrête devant un chêne kermès, la troisième espèce de chêne de notre balade, avec des feuilles bien vertes. Yves rappelle que le gland met deux ans pour atteindre sa maturité. Il est rare d’y voir aujourd’hui les cochenilles qui ont fait la réputation de cet arbuste ainsi que l’évoque le panneau réalisé par l’association A.R.B.R.E à l’entrée du parking du théâtre des carrières.

Yves est intarissable. C’est un vrai conteur qui pourrait nous tenir en haleine jusque tard dans la nuit. Mais il faut en garder pour une autre fois.

La sortie prend fin avec un rafraîchissement offert par l’association A.R.B.R.E qui permet de poursuivre la conversation dans l’agora du Renard. Il y est question notamment de la semaine Regards croisés programmée du 16 au 21 novembre 2020 sur le thème de l’eau. Les pluies cévenoles… méditerranéennes maintenant ne seront pas à exclure !

Nous remercions Yves. Il est presque 20 heures.

Régine Paris avec la relecture précieuse d’Yves Caraglio.

Publié le 7 juillet 2020, dans 3-Sorties découvertes, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Super compte-rendu, merci Régine!!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire à cette publication, merci :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :